•    Plus grandes que nature, les statues d'Ayyanar (ou Aiyanar), le dieu tamoul protecteur des villages indiens, étaient souvent fabriquées sur place, dans l'enceinte du temple ou du sanctuaire.  Cinq ou six artisans, sous la direction du prêtre-potier de la caste des velars, travaillaient une vingtaine de jours pour achever une oeuvre en terre cuite de plus de deux mètres de haut.

     

    Statue en terre cuite de l'éléphant d'Ayyanar
    sanctuaire de Namana Samudram, Tamil Nadu
     
     
         Avant de commencer le travail, la terre doit être consacrée. Le sang d'un coq décapité délimite un cercle. Des demi noix de coco sont placées autour ainsi que des petits pots contenant de l'alcool fait maison. Une fois le dieu honoré par des offrandes, des chants et des prières, le travail peut commencer.

     

    Potier préparant une statue d'Ayyanar
    Photo Ron du Bois

     

         L'argile est soigneusement choisie puis mélangée avec de la terre et de la bouse ou de la paille de riz. Une armature de bois ou de bambou entourés de corde de riz rigidifie le squelette sur lequel la boue est appliquée à la main.

     

    Potier travaillant sur l'armature d'un cheval dédié à Ayyanar
    Photo Ron du Bois

        De l'argile plus fine, toujours appliquée à la main, modèle les 21 déités secondaires et les serviteurs d'Aiyanar qui entourent le cheval ou l'éléphant, véhicules du dieu. Les détails de la monture, les harnais et le collier de clochettes ou de grelots sont finement reproduits.



    Détail de l'éléphant dans le sanctuaire d'Aiyanar,
    Namana Samudram, Tamil Nadu

     

        Au contraire des potiers occidentaux qui utilise un four déjà prêt et qui font rarement des pièces aussi grandes, les velars indiens construisent le four autour de la statue en montant des murs de briques. Elle est recouverte de paille, de bois, de bouse. Une fois cuite, la statue est peinte de couleurs vives qui rehaussent les détails du visage et du costume.



    Deux petits éléphants d'argile peinte
    à Narthamalai, Tamil Nadu



         De nos jours, les nouvelles images d'Aiyanar et de sa cohorte de déités sont souvent coulées en béton, plus résistant et plus facile à travailler. Le style, kitsch à nos yeux, et l'iconographie très codifiés, restent les mêmes.



    Liens sur ce blog:

     le dieu Ayyanar

    le sanctuaire d'Ayyanar à Namana Samudram

    Autres maîtres de l'Inde: Ayyanar, statues votives au Quai Branly

     

    les rayures rouges et blanches des temples hindouistes
    la fête de la déesse Saraswati à Bénares


    Catherine-Alice Palagret
     
     
    Photos couleur: C.A Palagret
    Source: Terra Cotta sculptures of India by Ron du Bois
     
    Mots clés: Ayyanar, Aiyanar, Namana Samudram, Tamil Nadu, terra cotta, velar, potier
     

     

     
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique