• Chainlink, une tortue et un hippopotame: Jeff Koons à Versailles

       

         Deux animaux-bouée (Chainlink), un hippopotame bleu et une tortue verte et violette, accrochés à un grillage sont très incongrus dans la Salle des Gardes du château de Versailles.
     
     

    Chainlink,Jeff Koons 2002-2008
    acier galvanisé et aluminium


       Presque toutes les oeuvres de Jeff Koons ont un lien, même tenu, avec la pièce du château de Versailles où elles sont exposées. Les aspirateurs Hoover, New Hoover convertibles, devant le portrait de Marie-Antoinette, fermière promue ménagère de moins de cinquante ans, sont assez amusants.
         Balloon Dog (magenta) devant une immense toile de Véronèse renvoie aux petits chiens qu'on trouve souvent dans la peinture de la Renaissance. Pink Panther, la panthère amoureuse est dans le salon de la paix et le policier, du duo Bear and the policeman, est dans celui de la Guerre.



    Chainlink,Jeff Koons 2002-2008
    acier galvanisé et aluminium
     


       Par contre la présence de l'Hippopotame et de la Tortue dans la Salle des Gardes est moins évidente. Seule la grille renvoie à la notion de garde, de prison. On peut y voir aussi  des trophées de chasse éviscérés!
    Des trophées bien dérisoires comparés à ceux que le roi et ses courtisans rapportaient de leurs battues. Les bosquets de Versailles abritent des sculptures animalières qui exaltent la sauvagerie du monde animal et la grandeur du chasseur qui le traque. Les sangliers éventrent des biches et les dragons crachent de l'eau. La violence des animaux s'oppose à la grandeur policée du parc versaillais.

     

    Chainlink,Jeff Koons 2002-2008
    acier galvanisé et aluminium



       Chez Koons la violence brute n'existe pas. Comme dans la culture enfantine américaine, la violence est anesthésiée par un traitement plastique mièvre.  La violence n'est que sous-jacente. Dans Bear and the policeman, l'air bonasse de l'ours cache son avidité. Dans Michael Jackson and Bubbles la violence est celle que le chanteur fait subir à son propre visage.
     



    Chainlink,Jeff Koons 2002-2008
    acier galvanisé et aluminium


         Les vraies bouées en forme d'animaux au regard innocent sont en plastique gonflable, fragile et facile à percer.
    Elles sont fabriquées pour plaire à un public enfantin et rassurer les parents. Elles parlent de sécurité et de sauvetage mais elles parlent aussi de mort et de noyade.

       
    Koons les reproduit en aluminium imputrescible, presque immortel. Comme toutes ses sculptures ballons, leur aspect léger est un leurre, un trompe-l'oeil. L'imitation parfaite masque la nature réelle des oeuvres, lourdes, solides, increvables.

    Jeff Koons déclarait:
    « Les objets gonflables, bien sûr, sont une métaphore des gens; pour moi, ils sont une métaphore de la vie et de l'optimisme. L'image la plus morbide que je connaisse est celle d'un objet gonflable qui s'est effondré. » 1


    Lire: Bear and the policeman
            Rabbit
            Split-rocker
               Buste de Louis XIV en inox et buste de Jeff Koons en marbre
               Le bestiaire de Jeff Koons



    "Jeff Koons Versailles"
    Exposition prolongée jusqu'au 4 janvier 2009



    Catherine-Alice Palagret

    1- in Chicago.mag.com
     
    « L'éléphant monolithe de Mahabalipuram dédié à Ayyanar ?un abécédaire, A comme Avion, B comme Baleine, C comme canard »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :