• La place Colette à Paris: Molière, Othoniel, Buren, Pol Bury

     

         A la sortie de la station de métro "Palais-Royal" d'insolites guirlandes de boules multicolores attirent le regard. Le Kiosque des Noctambules, clinquant comme un manège forain immobile, est une oeuvre de Jean Michel Othoniel. Autour, le café restaurant le Nemours, l'Hôtel du Louvre et le théâtre de la Comédie Française borde la place Colette aujourd'hui piétonne.

     

     

    Le kiosque des noctambules de Jean-Michel Othoniel
    bouche du métro Palais-Royal
     

     

       Tous les ans en janvier, pour quelques jours, le Théâtre Français expose sur la place le fauteuil de Molière. Le reste du temps, le fauteuil est dans le foyer du théâtre auquel on accède librement.

     

     

    Comédie française fauteuil Molière 2Le fauteuil de Molière exposé place Colette

    16 janvier 2010

     

        De la place Colette, en passant sous les arcades, on accède aux cours du Palais Royal. Là se trouvent le sévère quadrillage des colonnes de Daniel Buren  qui semble vouloir contrôler l'espace. Les colonnes de Buren, dites "les deux plateaux", ont été rénovées et l'eau coule de nouveau sous les grilles.

     

     

    Buren colonnes rénovées nuit Palais Royal 4Les deux plateaux de Daniel Buren, oeuvre in situ rénovée, Palais Royal, Paris

     

     

       Un peu plus loin, Sphérade, les deux fontaines de Pol Bury reflètent l'architecture sévère des bâtiments. En 2010, les colonnades de Victor Louis qui étaient consolidées par des étais sont enfin en réfection. Elles sont recouvertes de bâche de travaux blanches.

     

    La fontaine-sculpture de Pol Bury
    dans la cour du Palais-Royal à Paris.

     

     

         Avant d'être piétonne, la place Colette abritait la statue d'Alfred de Musset, juste devant le théâtre de la Comédie Française. Gênant le passage, elle a été déplacée au parc Monceau. Réclamons le retour de “La muse et le poète“ sculptée par Antonin Mercié en 1906. Quoi de mieux que de contempler la démonstrative souffrance du poète, en proie aux affres de la création, pour nous aider à apprécier les oeuvres des plasticiens contemporains!


       La place Colette s'ouvre sur l'avenue de l'Opéra. De là on gagne les guichets du Louvre puis la pyramide de Pei qui donne accès au Musée du Louvre. De l'autre côté de la place on débouche sur la place du Palais Royal bordée par le Conseil d'Etat, le Musée et le Louvre des Antiquaires.

        Un peu plus loin, le ministère de la Culture est enveloppé d'une résille métallique dessinée par Francis Soler.



    Othoniel: lasso de perles, baroque et minimal à la fois, à la galerie Perrotin
    Cercle de silence au Palais Royal, des manifestants immobiles et muets

     
    Catherine-Alice Palagret
    Texte et photos
     
    « Nature Capitale, sur les pavés champs et potager, foule et piétinementStreet-art? Bonhomme de Maïs à Paris »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :