• Photoquai 2009: Myrto Papadopoulos et Meng Jin

     

     

       Des photos ethnologiques en noir et blanc, des photos mises en scène aux couleurs saturées, des photos abstraites, des photos brutes et des photos travaillées à l'ordinateur, Photoquai 2009 présente 50 photographes venus des Amériques, d'Asie, d'Océanie, d'Afrique, du monde arabe, d'Inde etc

     

     

    Serie Kale 2007-2008, Myrto Papadopoulos, Grèce

    Photoquai 2009

     

     

       Myrto Papadopoulos photographie une communauté de gitans musulmans grecs vivant à l'écart dans des sortes de grottes. Pauvres habitats encombrés  de chaises plastiques et d'objets du quotidien. Le garde manger sert de clapier aux lapins, de la paille traîne sur le sol mais de nombreux tapis et tentures réchauffent les murs peints à la chaux. Les couleurs rouges et bleues dominent, le même bleu qu'on trouve sur les maisons indiennes.

     

     

    Serie Kale 2007-2008, Myrto Papadopoulos, Grèce

    Photoquai 2009

     

     

       Myrto Papadopoulos travaille et publie en Grèce dans les principaux magazines.

     

     

    Serie Kale 2007-2008, Myrto Papadopoulos, Grèce

    Photoquai 2009

     

     

        Le chinois Meng Jin crée des intérieurs désolés, vides ou trop encombrés.  Certains sont en ruines. Dans l'encadrement de la fenêtre, passent des statues, symboles politiques décatis du communisme. Les statues s'envolent vers une destination inconnue, dépotoir ou nouveau piédestal. Ces images travaillées à l'ordinateur sont des paysages mentaux, des souvenirs ou des cauchemars.

     

     

    Série Chambre avec vue, 2000-2002, Meng Jin, Chine

    Photoquai 2009

     

     

        Meng Jin est né en Chine en 1973, il vit et travaille à Pékin. Il a exposé au MOMA PS1 de New-York, à la Biennale Jeunes artistes de Moscou et au Frist Center for the Visual Arts de Nashville.

     

     

    Salon en ruine avec vue sur une statue anonyme,

    Série Chambre avec vue, 2000-2002, Meng Jin, Chine

      Photoquai 2009

     

     

         Le photo-journalisme de Myrto Papadopoulos en Grèce et les images mises en scène de Meng Jin en Chine aboutissent au même onirisme poétique.

     

     

    Salon en ruine avec vue sur une statue de Mao,

      Série Chambre avec vue, 2000-2002, Meng Jin, Chine

      Photoquai 2009

     

     

     

       Les photos sont exposées quai Branly, le long de la Seine, dans une scénographie conçue par Patrick Jouin. Cette année, il n'y a pas de photos sur la passerelle.

     

     

    Liens sur ce blog:

     

    Photoquai 2009, le monde en bord de Seine: Bittencourt, Naji, Jimènez, Sher

     

     
     

    Ici photos en meilleure définition.

     

    Photoquai 2011, Jim Allen Abel, Hassan Hajjaj, Jamal Penjweny, visages dissimulés

     

    "la vie tout simplement", exposition de photos de Palestine, sur le pont des arts

     

     

     

     

    Palagret

    photographie

    novembre 2009

     

     

     

    Photoquai, deuxième Biennale des Images du Monde
    Exposition gratuite en plein air au quai Branly à Paris:
    du 22 septembre au 22 novembre 2009

     

     

    Autres expositions de Photoquai 2009:

    la Bibliothèque nationale de France – Richelieu, la Monnaie de Paris, le musée d’art moderne de la ville de Paris, la maison de la culture du Japon, l’ambassade d’Australie, la Galerie Baudoin Lebon, la galerie Bendana Pinel, le centre culturel canadien, l’Instituto de México, l’Ecole Nationale de la Photographie d’Arles et l’Ecole Spéciale d’Architecture.

     


    ----------------------------


    50 photographes de 32 pays :

    PROCHE ET MOYEN-ORIENT
    Grèce-Turquie : Myrto Papadopoulos
    Iran : Abbas Kowsari, Gohar Dashti et Katayoun Karami
    Israël : Tamir Sher
    Liban : Rima Maroun
    Turquie : Melisa Önel

     

    AFRIQUE SUBSAHARIENNE ET MAGHREB
    Afrique du Sud : Ilan Godfrey et Nomusa Makhubu
    Algérie : Nadia Ferroukhi
    Egypte : Nermine Hammam
    La Réunion : Raymond Barthes
    Madagascar : Pierrot-Men
    Maroc : Khalil Nemmaoui, Lamia Naji
    Nigeria : Emeka Okereke
    Tunisie : Mouna Karray

     

    JAPON – ASIE DU SUD-EST
    Corée : Chung ChuHa
    Indonésie : Mohamad Iqbal
    Japon : Masato Seto et Hiromi Tsuchida
    Malaisie : Nadia Bamadhaj
    Philippines : Jake Verzosa

     

    OCEANIE (AUSTRALIE ET NOUVELLE-ZELANDE)
    Australie : Brook Andrew
    Nouvelle-Zélande : Joyce Campbell

     

    AMERIQUE DU NORD, CANADA ET HAWAÏ
    Canada : Arthur Renwick, Jeff Thomas et Adrian Stimson
    Hawaï : Jan Becket

     

    AMÉRIQUE LATINE
    Argentine : Esteban Pastorino, Hugo Aveta, Santiago Porter
    Brésil : Julio Bittencourt
    Mexique : Jeronimo Arteaga, Pablo Lopez Luz et Daniela Edburg
    Pérou : Morfi Jimenez et Pablo Hare

     

    INDE
    Atul Loke et Sooni Taraporevala

     

    CHINE – CAUCASE

     
    Chine : A Yin, Meng Jin, Lu Guang et Jin Ping
    Afghanistan : Fardin Waezi
    Arménie : Anahit Hayrapetyan et Karen Mirzoyan
    Azerbaidjan : Sanan Aleskerov
    Kazakhstan : Erbossyn Meldibekov et Saïd Atabekov

     

     

     

     
    « Les islandais peuvent dire adieu à la mal-bouffe, MacDo déserte, crise obligeNuit Blanche 09: Chantal Stoman, Lost Highway, vies volées dans le métro parisien »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Novembre 2009 à 12:00
    Bonjour Catherine, ne trouvant pas votre contact, je me permets de vous laisser un commentaire sous cet article, mais j'aurais préféré le laisser sous celui que vous aviez écrit en 2007 à propos du bel immeuble moderniste de de l'architecte Henri Deneux. Figurez-vous qu' en hommage à l'architecte en chef de monuments historiques, Henri Deneux, "le sauveur de la cathédrale de Reims", "l'homme qui a résolu le mystère du clocher tors de Puiseaux" et le constructeur de l'étonnante maison du 185 rue Belliard, je viens de réaliser une fresque sur la façade de ma maison/atelier au 84 rue Leibniz 75018 paris, maison qui lui fait (presque) face de l'autre côté de la petite ceinture. Cette fresque relie dorénavant la surélévation contemporaine de l'architecte Philippe Freiman (2000) et notre maison classique construite par l'architecte Henri Cambon (1893), le constructeur de la villa des arts rue Hégésippe Moreau 75018. Il est exceptionnel à Paris d'avoir obtenu toutes les autorisations ( Architecte voyer de la ville de Paris, Mairie du XVIIIème, Architecte des monuments français) pour réaliser un tel projet sur trois niveaux sur rue. Voilà, je vois laisse lire les articles qui commentent ce projet sur mon blog et vous invite à venir prendre un café dans mon atelier de peintre quand vous le voulez. art-micalement Ivan Sigg ivansigg@free.fr www.ivan-sigg.com
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :