•  

     

    Si les murs ont des oreilles, ils ont aussi la parole.

     

     

     

    Mouffetard-street-art-JPM-murs-parole-message-5886.jpg"les murs ont la parole", pochoir rouge de JPM

     

     

         Le street-artist JPM reprend le slogan de mai 68 dans son pochoir mais bien avant le street-art du XXè siècle, les écrits sur les murs existent: graffiti de Pompéi dans l'antiquité, graffiti contemporains creusés dans le mur, slogans politiques peints, enseignes, mur peint, affiches publicitaires, dazibao (en Chine) etc ... 

     

     

    Brassaï graffiti visageGraffiti photographié par Brassaï dans les années trente

     

     

     

     

        Toutes ces dessins et ces phrases poétiques, naïves, obscures, contestataires, sont éphémères. Ils ne restent sur le mur qu'un jour ou des années, selon leur emplacement ou la vigilance des nettoyeurs municipaux.  Les graffiti interpellent le passant ou le laisse indifférent.

     

     

     

    graffiti-visages-mort-commune-rue-des-cascades-1.jpgVisages des morts de la Commune

    graffiti rue des cascades, Paris

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Les murs ont des oreilles ... en relief, street-art

     

    Palagret

    graffiti

    juillet 2014

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       

       Voici un message de la rue collecté du côté du Marais à Paris: "Pendant la crise mangez des clous", un judicieux conseil pour un robot mais peut-être pas pour un humain.

     

     

     

    mangez-des-clous-street-art-message.jpg"pendant la crise mangez des clous", affichette en noir et blanc

    street-art

     

     

     

     

    Palagret

    philosophie de la rue

    juillet 2014

     

     

     

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       "Les murs ont des oreilles" disait-on pendant l'occupation allemande signifiant par là que tout le monde écoutait tout le monde et qu'il valait mieux être prudent. L'expression est toujours employée.

     

     

     

    silence ennemi confidences"L'ennemi guette vos confidences", affiche du gouvernement français avant l'attaque allemande. Paul Colin

     

     

     

       On nous surveille, on nous écoute disent les paranoïaques, pas si paranoïaques que ça. Edward Snowden a révélé l'ampleur de la surveillance américaine sur le net et les téléphones, même ceux des dirigeants occidentaux. On s'en doutait mais pas à ce point. Big Brother est bien vivant.

     

     

     


     

    squelette oreille street-art BeaubourgLa mort encadrée et l'oreille collée, street-art

     

     


     

        Vu sur un mur à côté de Beaubourg, une oreille rose en relief, ou ce qu'il en reste. A côté de l'oreille indiscrète, dans un cadre dont les images changent régulièrement, la mort représentée par un squelette vêtu d'un suaire. Qui la mort va-t-elle faucher? Les bavards ou les indiscrets?

     

     

     

    google is watching street-art 5Google is watching you, pochoir

     

     

     

        Les street-artists illustrent ce thème de la surveillance panoptique avec des tags, des pochoirs et des objets collés sur les murs. Google a remplacé l'occupant allemand et est devenu le Grand méchant loup.

     

     

     

    Paella-tuyau-disque-dur-oreille.jpg"Les disques durs ont des oreilles, Controns la Liberté d'Répression" affichette de Paella Chimicos

     

     

     

        Avec la multiplication des caméras de surveillance, des logiciels de reconnaissance faciale, la rue nous surveille, elle nous écoute mais qui regarde vraiment demande Mobstr, le street-artist londonien?

     


     

    Mobstr-watching.jpg"Who is watching?", pochoir londonien de Mobstr

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Street-art: l'état nous surveille, crevons lui les yeux

    Décharge sauvage et caméras de surveillance CCTV à Londres

     

     

     

    Palagret

    juillet 2014

    paranoïa et street-art

     


    Pin It

    votre commentaire
  •  

       "Les murs ont des oreilles" disait-on pendant l'occupation allemande signifiant par là que tout le monde écoutait tout le monde et qu'il valait mieux être prudent. L'expression est toujours employée.

     

     

    silence ennemi confidences"L'ennemi guette vos confidences", affiche du gouvernement français avant l'attaque allemande. Paul Colin

     

     

     

       On nous surveille, on nous écoute disent les paranoïaques, pas si paranoïaques que ça. Edward Snowden a révélé l'ampleur de la surveillance américaine sur le net et les téléphones, même ceux des dirigeants occidentaux. On s'en doutait mais pas à ce point. Big Brother est bien vivant.

     

     

     

     

     

    squelette oreille street-art BeaubourgLa mort encadrée et l'oreille collée, street-art

     

     

     

     

        Vu sur un mur à côté de Beaubourg, une oreille rose en relief, ou ce qu'il en reste. A côté de l'oreille indiscrète, dans un cadre dont les images changent régulièrement, la mort représentée par un squelette vêtu d'un suaire. Qui la mort va-t-elle faucher? Les bavards ou les indiscrets?

     

     

     

    google is watching street-art 5Google is watching you, pochoir

     

     

     

        Les street-artists illustrent ce thème de la surveillance panoptique avec des tags, des pochoirs et des objets collés sur les murs. Google a remplacé l'occupant allemand et est devenu le Grand méchant loup.

     

     

     

    Paella-tuyau-disque-dur-oreille.jpg"Les disques durs ont des oreilles, Controns la Liberté d'Répression" affichette de Paella Chimicos

     

     

     

        Avec la multiplication des caméras de surveillance, des logiciels de reconnaissance faciale, la rue nous surveille, elle nous écoute mais qui regarde vraiment demande Mobstr, le street-artist londonien?

     

     

     

    Mobstr-watching.jpg"Who is watching?", pochoir londonien de Mobstr

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Street-art: l'état nous surveille, crevons lui les yeux

    Décharge sauvage et caméras de surveillance CCTV à Londres

     

     

     

    Palagret

    juillet 2014

    paranoïa et street-art

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     "La nuit je marche, je vagabonde"

     

       Détroit, ville ravagée par la crise des sub-primes était le terrain d'exploration de Zoo Project (Bilal Berreni, 23 ans). Inconscient du danger, il errait au milieu des ruines de maisons, d'usines, de casernes de pompiers ou d'école. Quand il a été assassiné en juin 2013 dans la Tour Brewster- Douglass, un immeuble promis à la démolition, ses amis ne se sont pas inquiétés tout de suite de ne plus le voir. Bilal suivait son propre chemin et il a fallu 7 mois avant que la police identifie le cadavre sans papiers.

     

     

     

    Zoo Project portraitPortrait de Bilal Berreni, alias Zoo Project

     

     

       Selon ses amis américains avec qui il partageait un loft de temps en temps à Detroit, Zoo Project était comme un chat. Il s'intéressait aux gens quand il le voulait puis s'en allait tranquillement. Il disparaissait pendant des jours ou des mois puis réapparaissait sans rien dire. Ses amis le surnommaient Billy the cat et il s'appelait ainsi dans ses écrits.

     

     

    Detroit Brewster by Sean MarshallLes tours Brewster-Douglass en cours de démolition à Détroit

    Le corps de Zoo Project a été retrouvé au sol. Soit il est tombé après avoir reçu une balle dans le visage, soit son meurtrier l'a poussé déclare la police de Détroit

     

     

        Zoo Project était fasciné par la décadence urbaine de Détroit. Il voyait une beauté tragique dans l'abandon et le délabrement des tours et des maisons pillées. Lui même récupérait parfois du bois dans la tour Brewster-Douglass, un Hlm (public Housing de 1938) abandonné. Avec ces matériaux, il s'était construit une cabane à l'intérieur du Griswold Loft qu'il partageait avec ses amis. Sur un morceau de tissu masquant la fenêtre il avait peint "Billy vision" (la vision de Billy).

     

     

     

    Detroit maison abandonnée by sj careyMaisons abandonnées et pillées à Détroit après la crise des sub-primes

     

     

     

     En parlant de son travail de street-artist, Zoo Project disait:

    « J'aime peindre de jour parce que les passants interviennent souvent : ils s'arrêtent, s'attroupent, m'interrogent. Des petites vieilles, des mômes, des mères de famille... Je suis à la recherche de ce dialogue. D'ailleurs, ça ne me dérange pas qu'on critique mes peintures, même violemment : au moins, il y a réaction. » 2  

     

     

     

     

    zoo project street-art mainMain, détail d'une fresque de Zoo Project sur un immeuble condamné, Paris, août 2011

     

     

     

    zoo project Belleville cochonCochon et homme transi sous une maison

    fresque de Zoo Project sur un immeuble condamné à Belleville, Paris, août 2009  

     

     

     

       Zoo Project ne recherchait plus le dialogue avec les passants; il ne peignait plus de fresques sur les bâtiments en sursis et les palissades. Ses amis ne semblent pas connaître les chimères mutilées et les êtres étranges de Paris ni les silhouettes de Tunis ou d'Odessa. Le street-art ne l'intéressait plus. Bilal passait son temps à lire et à écrire. Certains de ses écrits ont été transmis au Detroit Free Press qui les ont traduits en anglais, ici retranscrits en français. 2

     

    “Et j'aime tant la ville la nuit que la voir en plein soleil, aussi tendre et chaude, est comme si son voile d'étrangeté avait été enlevé.”

     

     

     

    Detroit 2 by Thomas HawkUne usine abandonnée à Détroit

     

     

     

    " A la fin c'est juste une question d'éclairage. Parfois mon regard plonge dans les artères quadrillées de la ville. Cette ville me surprend. C'est exactement l'opposé de ce que j'attends d'une ville. Ni rampante ni active."

     

     

     

    Zoo Project street-art Ménilmontant"On apprend plus dans une nuit blanche que dans une année de sommeil. Belleville nights"

    fresque de Zoo Project à Belleville, Paris, mars 2011

     

     

     

     

     

         La ville quadrillée a surpris et tué Bilal. Après de longues nuits blanches passées à errer dans les décombres et les ruines, Bilal Berreni est mort assassiné à Détroit. Il allait avoir 24 ans. L'enquête n'est pas close et le meurtrier du jeune homme sera peut-être un jour identifié.

     

        Sur les murs de Paris on peut voir des hommages à Zoo Project.

     

     

     

     

    Zoo Project tags Street-art BellevilleFresque de Zoo Project peu à peu recouverte de tags et d'affiches sauvages

    avant démolition, Belleville, Paris, août 2010

     

     

     

    Liens sur ce blog:

     Zoo Project, le street-artist parisien est mort assassiné à Detroit

    Zoo Project, l'exploitation de l'homme par l'homme, street-art

    Zoo Project, l'homme réparé, l'homme désactivé, street-art

    Zoo Project: street-art, démolition et rénovation à Paris

    Street-art: les esclaves de Zoo Project au cinéma Louxor

    Street-art: Bonom, Zoo Project, labyrinthe et minotaure

     

     

    Autres oeuvres de Zoo Project sur Flickr

     

     

     

    Zoo-Project-homme-be-lier-mutile--street-art.jpgHomme-bélier mutilé perdu à Paris

    fresque de Zoo Project, mai 2010

     

     

     

    Palagret

    poésie des ruines

    juillet 2014

     

     

    source:

    1- ITW de Zoo Project dans philum.info

    2- Last days in Detroit, Detroit free press

     

     

    Photos de Détroit en Creative Commons:

    memoriesbymike

    sj carey

    sean marshall

     

    Photos de Paris: Palagret en Creative Commons

     

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Les street-artists sont des farceurs. Ecrire sur un mur "efface-moi" à deux mètres de hauteur est un défi aux nettoyeurs municipaux. Haut perché, le message a plus de chance de ne pas être effacé.

     

     

    message-efface-moi-e-ducation-street-art-90544.jpg"efface moi", tag sur un mur à Paris

     

     

     

     

    message-efface-moi-e-ducation-street-art-90545.jpg"efface moi", tag sur un mur à Paris

     

     

       Plus sérieusement, on remarque à l'angle du mur un pochoir noir, une citation d'Abraham Lincoln: "L'éducation coûte trop cher? Essayez l'ignorance." "If you think education is expensive, try ignorance". 

     

     

    message-efface-moi-e-ducation-street-art-90542.jpg"L'éducation coûte trop cher? Essayez l'ignorance." Abraham Lincoln

     

     

     

     

    Lien sur ce blog:

    Philosophie de la rue

     

     

    Palagret

    philosophie de la rue

    avril 2014

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Pour le 1er avril, voici quelques poissons créés par les artistes urbains:

     

     

    poissons dynamite street-artPoissons dynamite prêts à exploser, street-art, Paris

     

     

    poisson arête street-art BonomArête de poisson, street-art, Bonom, Paris


     

     

     

    poisson street-art 9Poissons vert et bulles, street-art, pochoir, Paris


     

     

     

    poisson street-art arêteArête de poisson sur un compteur EDF, street-art, Arles

     

     

     

    poisson street-art Montmartrepoisson vole, street-art, Paris

     

     

     

    Poisson street-art cadreArête de poisson sur un compteur EDF, street-art, Arles

     

     

     

       Et pour compléter ce bestiaire aquatique, voici, attiré par tous ces beaux poissons, un chat menaçant de Mezzoforte. Mezzoforte qui semble avoir quitté les rues parisiennes.

     

     

     

     

    chat-street-art-MezzoForte.jpgAttiré par tous ces beaux poissons pariétaux, le chat de Mezzoforte guette ses proies

    devant Beaubourg 2009

     

     

     

    Autres poissons collés:

    Street-art, quelques poissons d'Avril

     

     

     

    Palagret

    poisson d'avril 

    1er avril 2014

     

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

       Une balle en pleine tête, abandonné près d'un immeuble désaffecté, ainsi est mort Zoo Project, un jeune homme de 23 ans. De son vrai nom Bilal Berreni, Zoo Project a commencé le street-art à quinze ans dans son quartier du vingtième arrondissement.

     

     

    Zoo Project street-art rue CharonneZoo Project, homme oiseau recroquevillé, mur pignon rue de Charonne, Paris

     

     

       Bien connu des parisiens, Zoo Project couvrait les murs des immeubles voués à la démolition de grands dessins en noir et blanc. Il n'utilisait que des brosses et des pinceaux, pas de bombe aérosol. Zoo Project représentait des êtres étranges, des chimères mi-homme mi-bêtes souvent mêlés à des ordinateurs. Pour la plupart, ces monstres hybrides avaient l'air mal à l'aise, perdus dans un monde hostile.

     

     

    Zoo Project street-art Belleville NemoZoo Project, homme au turban pleurant, Homme au parrapluie de Nemo

    passage couvert, rue des Envierges, Paris

     

     

       Son père Mourad Berreni a déclaré au Detroit Free Press: "Il était intéressé par ce qui peut naître du chaos". " Pour lui ça représentait la faillite du capitalisme."


     

    Zoo Project street-art Ménilmontant 3 yeuxZoo Project, homme cerf aux trois yeux, rue de Ménilmontant, Paris

     

     

       Il était parti en Tunisie en 2011 pour "sentir le vent de la Révolution". Là, Zoo Project a peint dans la rue ceux qui sont morts en combattant les troupes gouvernementales. Puis il est parti dans un camp de réfugiés à la frontière lybienne. Il faisait le portrait des réfugiés et leur apprenait aussi à dessiner.

     

     

    Zoo Project street-art Belleville masquesZoo Project, homme noir et masques, Belleville, Paris

     

     

        En 2012, Zoo Project était à New-York, vendant des pizzas et dormant dans les parcs. puis il a traversé les Etats-Unis dans des trains de marchandises avant d'arriver à Detroit puis de repartir pour la France où il venait d'obtenir une bourse pour faire un film "C'est assez bien d'être fou". Avec le vidéaste Antoine Page qui le filmait pendant qu'il dessinait, ils ont voyagé à travers l'Europe jusqu'à Vladivostok. En mars 2013, ZOO Project retournait à Detroit pour y mourir le 29 juillet.

     


     

    Zoo Project street-art Belleville chienZoo Project, chien, Place Fréhel, Paris

     

     

       "Bilal n'avait pas peur du danger. Il faisait partie de ces chevaliers sans peur" déclarait son père au Detroit Free Press du 28 mars.


     

    Zoo Project street-art Belleville 5Zoo Project, hommes à la tête carré, Belleville

     

     

      On ne sait comment Zoo Project vivait à Detroit. Avec ses dessins monumentaux, couvrait-il les nombreux immeubles abandonnés de Detroit? Dormait-il dans des squats, vivant de petits boulots?

     

     

    Zoo Project street-art Impasse SatanZoo Project, chimère non identifiée, impasse Satan, Paris

     


        Le corps de Zoo Project est resté non identifié à la morgue pendant plusieurs mois. Il n'avait pas de papier sur lui et personne à Detroit ne s'est inquiété de son absence. En passant ses empreintes dans une base fédéral, son nom est apparu ce mois ci. Le meurtre reste non résolu mais la police continue ses investigations.


     

    Zoo Project street-art démolition selZoo Project, Passe moi le sel, avenue Jean Jaurès, Paris

    immeuble en démolition

     

     

       Bilal Berreni alias Zoo Project a eu une vie bien remplie, sans concession, et il mort tragiquement loin de sa famille. Que reste-t-il de ses nombreuses peintures sur les murs des villes qu'il a traversées? Probablement pas grand chose. Les bâtiments condamnés font place à des immeubles neufs, les palissades sont démontés et d'autres street-artists recouvrent ce qui reste sans état d'âme. Le street-art est éphémère, c'est ce qui fait sa valeur.

     

     

     

    zoo project street-art 6Zoo Project, main -oiseau, Belleville, Paris

     

     

     

       Il faut attendre "C'est assez bien d'être fou", le film que tournait Bilal Berreni pour retrouver Zoo Project et ses fresques étranges. On peut déjà voir un extrait sur le site du film.

     

     

     

     

    Zoo Project Street-art Kommune BellevilleZoo Project, homme-pigeon, La Kommune, Belleville, Paris

     

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Bilal Berreni alias Zoo Project alias Billy the cat, derniers jours à Détroit

    Zoo Project, l'exploitation de l'homme par l'homme, street-art

    Zoo Project, l'homme réparé, l'homme désactivé, street-art

    * Zoo Project: street-art, démolition et rénovation à Paris

    * Street-art: les esclaves de Zoo Project au cinéma Louxor

    * Street-art: Bonom, Zoo Project, labyrinthe et minotaure

     

     

    Detroit Free Press

    Le site de Zoo Project

    Le site du film cestassezbiendetrefou

     

     

     

    Palagret

    street-art et chimères

    photos collectées à Paris de 2009 à 2012.

    mars 2014

     

    cc.gif

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Maître gribouilleur par la blague alléché ne put résister au plaisir de coller ses dessins du corbeau et du renard sous la plaque de la rue du Renard.

     

     

    corbeau renard street-art 3Le corbeau et le renard, papier collé

     

     

        Pour continuer l'illustration du bestiaire de Jean de La Fontaine, signalons au poète urbain qu'il existe, entre autres, une rue du Lièvre à Orléans, de la Tortue à Roubaix, du Loup à Bordeaux etc ...

     

     

    corbeau-renard-street-art-5.jpgLe corbeau et le renard, papier collé

     

     

     

       Peut-être est-ce le même street-artist qui avait collé l'image d'un chevreuil sous la plaque "rue du Renard" en 2009.

     

     

     

    corbeau renard street-art 4Le corbeau et le renard, papier collé

     

     

     

    Lien sur ce blog:

    Ceci n'est pas un renard, ni un chevreuil, c'est du street-art

     

     

     

    Corbeau-renard-G.-Dore-.jpg

    Le corbeau et le renard, illustration de Gustave Doré

     

     

     

    Palagret

    street-art fabulateur

    mars 2014

     

     

     

    Le Corbeau et le Renard, Jean de La Fontaine

     

    Maître Corbeau, sur un arbre perché,
    Tenait en son bec un fromage.
    Maître Renard, par l'odeur alléché,
    Lui tint à peu près ce langage :
    "Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
    Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,
    Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
    A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
    Et pour montrer sa belle voix,
    Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
    Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
    Apprenez que tout flatteur
    Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
    Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
    Le Corbeau, honteux et confus,
    Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

      Il faisait beau et le vent soulevait les posters qui tombaient du camion photographique de JR. Deux heures de queue devant la basilique Saint-Denis pour se faire tirer le portrait et se voir peut-être apposer sur le dôme du Panthéon !

     

     

    JR photomaton Saint-Denis 8Camion photographique de JR et posters collés au sol à Saint-Denis

     

     

     

     


    JR à Saint-Denis, portraits pour le Panthéon par Palagret

     

     

     

    Posters de JR collés au sol à Saint-DenisJR photomaton Saint-Denis 5

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    JR au Panthéon: des anonymes, des grands hommes et des égéries nus

    JR à Saint-Denis, collecte de portraits pour le Panthéon

    JR s'affiche à la BNF: un photomaton géant en trompe-l'oeil

    JR, un photomaton géant à Beaubourg: faites vous tirer le portrait

    JR tire votre portrait avec un photomaton géant à Beaubourg, vidéo

    JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

    Inside / Out à la galerie Perrotin: Portraits

     

     

     

     

    Palagret

    mars 2014

    street-art et photographie

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique