• Street-art: les chimères d'Ender sur les murs de Paris

     

       Chimères, monstres et gargouilles sculptés dans la pierre ou le bois ornent les frontons et les mascarons de la ville. Les street-artists les reproduisent en deux dimensions sur les murs.

     

     

    chimère assise EnderChimère accroupie, papier collé de Ender, street-art

     

     

       Ender colle des photos découpées en noir et blanc ou monochromes. Après les images d'enfant et les portraits d'hommes célèbres, il s'occupe des monstres. Il ne crée pas de monstres, il copie des images existantes. 

     

    -----------------

    Rectification: Ender me signale que ses pochoirs ne sont pas des photos mais des images retravaillées à partir de photos. 

    -----------------

     

     

     

    chimère Ender poubelleChimère méditative au-dessus d'une poubelle, papier collé de Ender, street-art


     

     

       Les gargouilles servent à éloigner le mal et à évacuer la pluie, il ne faut pas les confondre avec les chimères. Dans l'architecture, la fonction des monstres ou chimères, est décorative et apotropaïque. Créatures grotesques et hurlantes, sans utilité pratique, elles servent à repousser le mal qui menace la ville. Dans le street-art, les chimères ne sont plus que décoratives et ludiques. 

     

     

     

    gargouille vernissée villageGargouille vernissée dans un village languedocien

     

     

     

       La chimère la plus célèbre, due à Viollet-le-Duc, orne les tours de Notre-Dame. Baptisée le stryge, la sculpture est photographié dès 1853 par Charles Nègre. Le monstre, plus pensif qu'effrayant, se détache sur le paysage parisien. A ses côtés, un homme coiffé d'un haut-de-forme structure la composition de la photo.

     

     

    chimère stryge Charles NègreLe stryge, photo de Charles Nègre, 1853

     

     

     

    chimére Notre-Dame by MPD01605Le stryge,chimère de Viollet-le-Duc sur les toits de Notre-Dame, photo MPD01605

     

     

     

       Ovide, dans le livre VI des Fastes décrit ainsi les stryges:

    « Il existe des oiseaux voraces, à la tête énorme, aux yeux fixes, au bec aiguisé pour la rapine : leurs plumes sont blanches et leurs serres crochues. On dit qu'ils déchirent les entrailles de ceux qui ne se sont encore nourris que de lait et qu'ils aiment à s'enivrer de leur sang. On les nomme stryges à cause du cri sinistre dont ils épouvantent la nuit. »

     

     

     

    chiméres Notre-Dame by MPD01605Chimères sur les toits de Notre-Dame, photo MPD01605

     

     

     

     

       Ender reprend l'image du stryge. On l'a vu coloré en jaune dans un petit cadre près de Beaubourg ou en plus grand, en noir et blanc, sur les murs de Paris.

     

     

     

    chimère stryge Ender cadreStryge dans un cadre, papier collé de Ender, street-art à Paris

     

     

     

    chimére stryge EnderStryge, papier collé de Ender, street-art à Paris

     

     

     

     

    De belles photos de gargouilles sur paris.fr

     

     

    Lien sur ce blog:

    Les gargouilles de l'église Sainte-Trinité à Falaise

     

     

     

    Palagret

    mars 2012

    monstres et street-art

     

     

    Sources:

    Les stryges sur Wikipedia

     

     

     
    « Lionel Estève, sinueuses sculptures colorées chez Emmanuel PerrotinNumeri-flash: Mc Donald's, des affiches dynamiques nous invitent: venez comme vous êtes »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    ender
    Samedi 17 Mars 2012 à 12:00
    bonjour et merci pour cet article, juste une petite rectification, je ne colle pas des photos sur les murs mais des pochoirs réalisés sur papier, et en effet retravaillés a partir de photos de chimeres sculptés cordialement ender
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :