• Street-art: Pimax, pochoirs et T-shirts customisés

     

       Quand Goldorak nous fait un doigt d'honneur, Marilyn n'est jamais loin. Une Marilyn avec une banane au coin des lèvres. La star hollywoodienne  des années 50 et 60 a conquis l'imaginaire de beaucoup de mâles de la planète. Goldorak, le robot de manga, a accompagné l'enfance des trentenaires  et des quadras d'aujourd'hui. Ces deux personnages mythiques de la culture populaire du vingtième siècle se retrouvent pochoirisés sur les murs de la ville par Pimax.

     

      Pimax pochoir passage piéton1

    Goldorak et Marilyn sur un passage pièton à Paris

    Pochoirs de Pimax

     

      On a vu un immense Goldorak en noir et blanc au Point Ephémère, une non moins immense Marilyn à la Bastille et de multiples pochoirs de toutes tailles et toutes couleurs, même sur les passages piétons.

     

     

    Pimax Street-art Jeff Mesnager Speedy Graffito NemoPochoirs de Nemo, Jef Aérosol et Pimax, à Paris

     

     

        Pimax s'associe aussi avec ses camarades de rue et il bombe ses pochoirs à côté de Nature's Revenge, de Nemo ou de Jef Aérosol.

     

     

    Pimax au travail

     

        Pimax intervient souvent en public et il ne dédaigne pas customiser les vêtements des passants. Dimanche 18 mai, il était près de Beaubourg, rue Saint-Merri. Gratuitement il apposait ses personnages favoris sur des T-shirts, des blousons ou des casques de moto. Entouré d'une petite foule, il projetait la peinture sur ses pochoirs, formant une image nette. Puis utilisant l'envers du pochoir, il appliquait le reste de couleur pour créer une deuxième empreinte brouillée, moins propre.

     

     

    Pimax pochoir

    Découpe de Goldorak et gant de Pimax

     

     

       Rue Saint-Merri, la boutique de piercing et de tatouages Abraxas expose des petites sculptures  de Pimax. Il revisite avec ironie l'art contemporain. Le Love de Robert Indiana est miniaturisé et souillé d'éclaboussures de sang ou de peinture. Sortant d'un pot ou d'une bombe aérosol, la couleur se répand et se fige en formes douces, comme une expansion de César.

     

     

    Pimax sculpture Love

    Réplique miniature du Love de Robert Indiana avec coulures de peinture rouge,

    sculpture de Pimax

     

     

     

    Palagret

    mai 2010

     
    « Street-art: pour Ella et Pitr, encadrez votre portraitZoo Project: street-art, démolition et rénovation à Paris »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :