• L'idole cloche de Béotie au Louvre

     

     

       Au musée du Louvre, la galerie de la Grèce pré-classique est installée dans les anciennes écuries du Palais de Napoléon III.

     

    L'idole cloche de Béotie au Louvre

     

    Ancienne écurie de Napoléon III au Louvre

     

       L'idole cloche est une terre cuite anthropomorphe (700 ans av J-C). Elle provient de l'atelier thébain (Béotie) du "groupe des Œnochoès", un groupe de poupées aux jambes articulées. Le corps creux a été façonné au tour puis aplati.

       Le cou très allongé, la tête minuscule sans bouche, les bras collés et la protubérance des seins ont été ajoutés avant cuisson.

     

    L'idole cloche de Béotie au Louvre

         L'idole cloche de Béotie au Louvre

                                      

                                      détails du décor peint

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                            idole cloche de Béotie, 39,50 cm de haut

     

       Les motifs peints appartiennent, par la technique et le vocabulaire, à la céramique géométrique béotienne. Les lignes brisées, les losanges pointés et la svastika sont caractéristiques. Il y a aussi une hache, des rameaux et de délicats oiseaux aquatiques. Ceux-ci tiennent quelque chose dans leur bec. Un ver ?

       Au cours de la cuisson les traits d'argile ferrugineuse deviennent noirs.

     

    L'idole cloche de Béotie au Louvre

      L'idole cloche de Béotie au Louvre

           

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                               idole cloche de Béotie

     

     

                              idole cloche de Béotie

     

          Ces idoles cloches, trouvés dans des tombes de femme ou d'enfants, avaient peut-être une fonction funéraire, accompagnant le défunt dans l'au-delà. Elles pouvaient être suspendues permettant aux jambes de bouger.

     

    L'idole cloche de Béotie au Louvre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                                   Bottines peintes de traits noirs

     

       Les bottines seraient une allusion à une déesse minoenne de la Nature, assimilable à la chasseresse Artémis.

     

    Source : cartel du Louvre.

     

     

     

    « DIOR : bâche trompe-l'oeil sur l'immeuble historique de l'avenue Montaigne
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :