•  

       Aux beaux jours, les chats de ville en quête d'aventure s'échappent de leur appartement douillet et se perdent.
    Chat noir en pochoir, Némo


      Les maîtres inquiets interpellent les passants avec des affichettes. Pour se distinguer des stickers publicitaires ou non qui squattent les tuyaux, des affiches sauvages de concert ou de sortie de disques, les maîtres ont du mal à trouver un emplacement vide, un "spot" bien visible.
     

    Chatte perdue, affichette
     
     
         Les grands panneaux vierges de publicité sont placés trop haut et les affichettes y seraient illisibles alors ils scotchent l'appel à l'aide sur un arbre, un compteur EDF ou un bout de mur oublié des tagueurs.
     

    Chat  trouvé, affichette


         D'autres affichettes répondant aux premières signalent un chat trouvé, ajoutant une discrète mélodie à la cacophonie de l'affichage sauvage.

        Pochoir, chat et fantômes
     
     
         Plaqués aux murs, les chats pochoirs à l'air maléfique et les gentils fantômes attendent les miraculeuses retrouvailles du maître et de son chat égaré.



    Chacun cherche son chat dans le dédale urbain
    Monsieur chat se rit de la mort et de ses pompes Street-art: Monsieur Chat de Thoma Vuille, prisonnier M. Chat observe l'affrontement de Jean-Luc Mélanchon et de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont
     
     
     
     
    Palagret
    août 2008
    archéologie du quotidien
     
     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Non, ce n'est pas un renard mais un chevreuil ou plutôt l'image d'un chevreuil. C'est un chevreuil de papier collé pochoir, une variante de l'art urbain. Le cervidé, aux petits bois, se promène sur les murs de Paris.

     

    Le chevreuil, papier collé



       Le collage semble fait de petits carrés de papier ou alors c'est un motif.

     

    Le chevreuil, papier collé


         Le chevreuil est posté rue du Renard, près de Beaubourg. Image insolite dans la jungle de béton. A ses pieds,  la circulation des voitures dégagent des vapeurs d'essence fort peu bucoliques.



    Le chevreuil, papier collé

     

       De nombreux chevreuils rôdent dans Paris. Certains étaient collés rue Chevreul (11è) et rue Charlot. L'auteur aime bien jouer avec les noms de rue.






    Palagret
    art urbain
    juillet 2009
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       
        Sous forme de papiers collés, collages, tags, l'art urbain ou street-art a élu le coin de la rue Aubry le Boucher et Quincampoix comme murs d'expression libre. Tout près de Beaubourg, la foule qui va du forum des Halles au musée  suit ces très anciennes rues parisiennes.
     
     
     
     
    "J'aurai préféré un beau mur blanc plutôt que cette affiche de merde"
    Affiche de Rero, collage de FKDL et papier collé non identifié.
     


       En mai on pouvait voir rue Aubry le Boucher une silhouette de FKDL, une affiche (de merde) de Rero le client suivant, un couple de danseurs de tango de S75 et un dessin noir et blanc non identifié.
     
     
     
     
    vieux journaux découpés et collage de FKDL
     
     
     
     
       La silhouette dansante de FKLD se détache sur un fond jaune. Le corps est constitué de morceaux de vieux journaux. On reconnait sur les images le style des robes des années cinquante.
     
     
     
     
     
    collage de FKDL


     
     
        Rero le client suivant placarde ses affiches blanches dans tout Paris, petites incivilités du XXIè siècle. Ici le texte dit: "J'aurai préféré un beau mur blanc plutôt que cette affiche de merde". Sans rire. Une autre affiche dit: "J'aurai préféré un magnifique coucher de soleil plutôt que cette affiche de merde". La méthode de l'affichage publicitaire se retourne contre le discours omniprésent de la publicité. Le texte est barré comme s'il ne fallait pas en tenir compte en attendant un nouveau texte.
     
     
     
     
     
    "J'aurai préféré un beau mur blanc plutôt que cette affiche de merde"
    Affiche de Rero le client suivant
     
     
     
     
       A côté un couple en noir et blanc danse le tango. Il  annonce "Vertige Tango" un festival autour du tango argentin avec concerts, conférences et bal populaire. Ici l'art libre de la rue cherche à nous vendre quelque chose.
     
     
     
     
     
    Papier collé découpé
    danseurs de tango et main de S75


       Une main signé S75 est collé sur les pieds des danseurs. Cette main se retrouve un peu partout sous forme de sticker sur les gouttières ou à l'arrière des panneaux de signalisation. C'est une variante de l'art urbain, le stickerart.
     
     
     
     
     
    Poutine, FKDL, S75
    Coin de la rue Quincampoix et Aubry le Boucher à Paris
     
     
     
     
     
       Côté rue Quincampoix, un grand papier découpé représente Vladimir Poutine. Ces images précaires ne restent pas longtemps en place, arrachées ou nettoyées. Photographiées en mai 2009, elles n'existent plus aujourd'hui. D'autres les ont remplacées et elles disparaîtront bientôt à leur tour. L'art urbain est un art de l'éphémère.
     


    Autres notes sur l'art urbain:
     
     
     
     
     
     
     
     
    Palagret
    Texte et photos
    juillet 2009

    cc.gif

     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •   

       Loin des tags tonitruants qui couvrent les murs, les tracts de Paella Chimicos sont discrètement collés sur des tuyaux de descente d'eau de pluie ou dans un recoin de mur. Apposés à côté de petites annonces pour des cours de piano, des séances de massage ou des stickers annonçant la sortie d'un disque alternatif, ces tracts sont une chronique acide du quotidien.



    Les disques durs ont des oreilles
    Controns la liberté d'Répression
    Tract collé de Paella

        Discrets mais percutants, les tracts en noir et blanc, un simple dessin et un petit texte dans la tradition du dessin de presse, en disent plus que parfois un éditorial. Qu'il s'agisse de la surveillance d'internet, de la croissance en berne et de la précarité, des SDF, des primes aux patrons virés et des parachutes dorés, ces tracts font mouche. Ils font sourire aussi, l'humour est une arme.



    Toit sans toit
    un monde immonde
    Tract collé de Paella

        Le petit personnage anonyme à la tête en spirale est la marque de Paella Chimicos depuis 1985. Il est l'un des descendants illégitimes du bonhomme dansant de Keith Haring. Même traits simplifiés, même terrain de jeu, la rue.
     


    Sharkpot's
    Qui supprime prime
    Tract collé de Paella


          Paella colle ses tracts au centre de Paris, dans des quartiers animés: Beaubourg, Saint-Germain-des-Près, les Halles, le Marais. Au contraire des grands papiers collés de Mimi le clown, Léo & Pipo, Tian ou FKDL, il faut chercher les affichettes de Paella. Le passant pressé les ignore mais l'amateur curieux d'art éphémère sait les trouver dans les petites rues.


    Les Sharkoks pompaient
    Ja Bu Zo mieu
    Tract collé de Paella

     

      Inutile de chercher à décoller les tracts, le papier est fin et se déchire à la moindre tentative. Comme pour les fleurs fragiles,  seul le safari photo est possible. Les tracts peuvent rester longtemps en place mais les nettoyeurs municipaux peuvent les enlever facilement. Il n'y a pas de dégradation des murs ou des gouttières.
     
     
    Poussez fort, la croissance vient
    Tract collé de Paella

        Quand il était étudiant aux Beaux-Arts, Paella travaillait sur des presses sérigraphiques qui avaient servi pour les tracts de Mai 68. Dans le même esprit contestataire, il continue la sérigraphie qu'il préfère à la photocopie, plus impersonnelle. A côté de son travail d'affichiste, Paella peint, dessine, grave et écrit 1 dans son atelier, aux Frigos.



    Tracts collé de Paella sur des tuyaux


       Né en 1962, Michel Pallacio prend pour pseudonyme Paella Chimicos puis, à partir de 2000, Paella?. Il expose en ce moment à la galerie "Le cabinet d'amateur".


       à suivre: démonstration de sérigraphie par Paella



    Objectif Lune 69/09
    Exposition collective du 20 au 30 juillet 2009:
    Dix10, Céline Guichard, Stéphane Hardel,
    Frédéric Hégo, Patrick Jannin, Hélène Lhote,
    Emma Malig, Pascal Margat, Paul Martin, Roma Napoli
    Paella, Fred Sapey-Triomphe,
    Black Sifichi, Philippe Soussan, Thomas, Wabé

    Le cabinet d’amateur
    12 rue de la Forge Royale
    75011 Paris
    01 43 48 14 06



    site de Paella Chimicos


    Art urbain, street-art, autres papiers collés, pochoirs etc ... :
    FKDL, silhouettes dansantes
    Les mystères de Paris: le GentleMan, papier collé de G & M
    Vladimir Poutine à Beaubourg, un papier collé
    Moi aussi un jour je serai Barack Obama ..., papier collé
    Rero, le client suivant: j'aurai préféré une page blanche, papier collé
    Les pochoirs animaliers de la rue de l'Ourcq, jungle urbaine
    La fresque de tags de la rue de Thionville
    Chut libre, un pochoir en apesanteur

     

    Paella Chimicos fait le M.U.R rue Oberkampf

     

    Palagret
    juillet 2009


    1- Autopsie du Greco, un roman signé Paella

     
    Pin It

    votre commentaire

  •    Rue Quincampoix, un papier collé est apparu dans un recoin, une photographie découpée, en noir et blanc. C'est un homme grandeur nature, vêtu d'un costume noir, d'un chapeau haut-de-forme. Un gentleman donc mais chaussé de baskets. Il semble esquisser un pas de danse devant un chien blanc et rouge, reste d'un collage de Mimi le clown. Il tient un couteau  ou un cutter dans sa main, à droite.


    Le gentleman, papier collé


       Deuxième apparition un peu plus loin dans la rue. Cette fois, le papier collé est réduit au chapeau et au bras, le reste est parti en lambeaux.


    Le gentleman, papier collé arraché


        Troisième apparition, le gentleman danseur est devenu un truand ou un justicier. On ne voit pas l'ennemi contre lequel il brandit un poignard, protégé d'un parapluie noir comme bouclier. Mais est-ce bien un poignard? En agrandissant la photo on voit plutôt un marker. L'homme au poignard serait donc l'homme au marker, un artiste urbain. Se bat-il contre les effaceurs municipaux ou provoque-t-il en duel un rival graffiteur?


    L'homme au marker, papier collé émpémère


        Mélange de Fred Astaire, de Fantomas ou d'Arsène Lupin gentleman cambrioleur, le bonhomme de papier nous conduit vers une galerie d'art.


    Le gentleman, papier collé


       De l'intérieur de la galerie, une main efface le blanc d'Espagne qui masque la vitrine, dessinant un coeur avec les lettres G + M. GM comme Gentleman, Gars de Marseille, Grande Marmite, Grand Modèle etc. Le vernissage se prépare à la Galerie Issue.


    La galerie Issue rue Quincampoix


      A travers le coeur, on entrevoit des graffiti qui couvrent les murs et le plafond. De l'art urbain ou street-art, art de la rue, hors de la rue. Le GentleMan éphémère annonçait l'exposition d'un collectif d'artistes.





    "I love Paris" au coeur de la capitale
    Du 17 juillet au 5 septembre 2009
    Galerie Issue
    38 rue Quincampoix, Paris 4è
    01 42 77 12 46


    Autres collages sur ce blog:
    Ceci n'est pas un renard ni un chevreuil, c'est du street-art
    Les papiers collés de FKDL
    Paella Chimicos: tracts collés dans la ville, art de la libre expression
    Papiers collés éphémères: une girafe?
    Evolution d'un mur de papiers collés à Beaubourg
    Vladimir Poutine, un papier collé à Beaubourg
    Les affiches sauvages de Rero, le client suivant



    Palagret
     
    Pin It

    votre commentaire

  •  
       Depuis le début de l'été, on a vu apparaître un pochoir en lettres noires proclamant: "J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock". Appliqué au sol ou sur des murs, il pourrait s'agir d'un délire poétique, d'un message lancé dans le tourbillon parisien, pour rien, pour s'amuser.


    J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock
    pochoir publicitaire


       Hélas non, il ne s'agit que de teasing, de street-marketing. De la réclame pour le lancement du disque d'un certain David Tétard.


    J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock
    pochoir publicitaire


    J'ai toujours rêvé d'être un pochoir publicitaire!



    J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock
    pochoir publicitaire


    Palagret
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  
        Monsieur Chat a toujours un rictus inquiétant. Chat perché au-dessus de la boutique de Pompes Funèbres Roblot, il sourit de toutes ses dents, comme pour conjurer la mort. Les plaintes et les lamentations montent jusqu'à lui et il essaye de les ignorer.
     
     
     
     
    Monsieur chat, posé au-dessus de la Maison Roblot, Pompes funèbres
    street-art de Thomas Vuille
     
     
     
     
        Ses ailes d'ange ne lui servent à rien. Collé sur ce mur lépreux, englué dans la peinture du pochoir, M. Chat ne peut s'envoler dans le ciel parisien.
     
     
     
     
    Monsieur chat, posé au-dessus de la Maison Roblot, Pompes funèbres
    street-art de Thomas Vuille
     
     
      Un jour lui aussi ce chat, pochoir éphémère, sera un cher disparu.


     
     
    Liens sur ce blog:
     
     
     
     
     
     
     
     
    Palagret
    archéologie du quotidien
    juillet 2009

     
     
    Pin It

    votre commentaire

  •     Art urbain, art de la rue, street-art, quelque soit son nom, il est partout. Au croisement de la rue Oberkampf et de la rue Saint-Maur, un panneau d'affichage de 3 mètres sur 8, est dédié aux artistes de rue. En ce moment, le MUR, Modulable Urbain Réactif, propose une oeuvre d'Osta. Art sauvage quasi officiel, la fresque s'orne aussi de tags et de papiers collés.
     

    Marianne menteuse, LioX


       En ce mardi après-midi de fête nationale, des papiers collés sont apparus, légèrement attachés pour qu'on puisse les emporter. LioX, dans un élan patriotique, décline la figure de Marianne, incarnation de la République.



    Fresque d'Osta et affichettes de LioX


        La Marianne menteuse a un long nez tricolore digne de Pinocchio. Un nez à piquer les gaufrettes des électeurs?


    Marianne Cosette, LioX


        La Marianne Cosette porte un drapeau rapiécé sur son bonnet phrygien. Un bonnet qui ressemble à un casque de moto.


    Marianne Schtroumpf, LioX


        Pour finir une Marianne Schtroumpf illustrant sans doute la République multi-ethnique.



    Dessins de Liox sous le MUR


       Le dessin, assez féminin, est simple, un peu mièvre, proche des dessins de livres pour enfant. La tête de Marianne est reproduite inlassablement au pinceau puis colorée à la main suivant ses différents incarnations.

       Déjà pour la Nuit Blanche 2007,  Liox avait exposé à la mairie de Paris du 4ème deux mille sept dessins originaux et signés de Marianne. A la fin de la nuit, les dessins accrochés avec des pinces à linge sur des cordes ont été décrochés par les visiteurs et emportés.

        Même mise en scène en mai 2008 aux ateliers des artistes de Belleville. Cette fois ce sont des anges, ou des démons, qui sèchent sur les cordes.
    Liox est né à Paris en 1963. Il a étudié à l'Ecole d'Arts Graphiques Corvisart.
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       A Vauvert, dans le Gard oriental, on ne voit plus plus d'empègues (pochoirs) sur les maisons comme dans tous les villages alentour. Les traditionnels pochoirs que les jeunes apposent autour des portes lors des aubades ont été remplacés par des autocollants imprimés. 
     

     

    autocollants, empègues modernes à Vauvert

      

        Des autocollants datant de 1988 et d'autres illisibles, sans doute plus anciens, sont encore sur les portes. au contraire des pochoirs de Cailar, Uchaud, Aubais etc ... qui sont collés sur les encadrements autour de la porte.



    autocollants, empègues modernes à Vauvert


      

        Les pochoirs traditionnels sont monochromes avec un motif stylisé inspiré de la culture camargaise et des activités taurines (taureau, arène, flamand, croix camargaise etc ... ).



    collection d'autocollants, empègues modernes à Vauvert



       A Vauvert, les thèmes restent les mêmes mais les stickers imprimés permettent un dessin plus compliqué. Alors que les empègues sont simples et poétiques, les autocollants sont proches des cartes postales humoristiques qui s'ornent de scénettes "drôles".
     
        Les autocollants ronds ou carré sont une ode aux jeux taurins, à la bouvine, à l'abrivado. On y voit:
    - un taureau noir stylisé (1995) proche des empègues traditionnelles

    taureau noir stylisé (1995)
    autocollant, empègue modernes à Vauvert
     

    - des touristes entourés de taureaux et de chevaux se faisant traiter de "parigo" (1997)
    - un taureau étonné et deux jeunes proclamant "on a gagné 3 à 0", allusion à un match locale (1998)
    - un homme tenant une bouteille chassé par un taureau furieux aux naseaux fumants (1999).
    - un jeune homme et un taureau trinquant ensemble et bien sûr un peu éméchés (2000).
     
     

    autocollants, empègues modernes à Vauvert

     
    - Un taureau confortablement installé dans une remorque se faisant conduire au pré (2001)
    - un taureau à roulettes aux cornes emboulés (2002)
    - un taureau étourdi de musique (2003)
    - un gardian devant l'arène (2004)
    - un taureau trinquant au milieu de la mousse "pas d'apéro sans mousse" (2005)
     
    autocollants, empègues modernes à Vauvert


    - un touriste poursuivi par un taureau furieux aux naseaux fumants, bis, (2006)
    - un taureau emboulés et un jeune homme à mobylette poursuivis par des gardians à cheval (2008)
    - un taureau de bois et un jeune homme disant "sont bizarres les taureaux cet' année" (non daté) 

       Au-dessus du dessin est écrit "Jeunesse Vauderdoise" au lieu de VLJ, Vive la jeunesse, dans les autres villages. En-dessous "Aubade" avec le millésime. Les dessins sont parfois signés Luk, RJ, L Reynaud alors que les pochoirs ne sont jamais signés.

    portail vert
    autocollants, empègues modernes à Vauvert
     

        Les autocollants, modernes empègues, se trouvent le plus souvent sur les  portes et les vieux crépis. Les propriétaires de maisons aux crépis neufs préfèrent que les images soient collées sur les boîtes à lettres, les compteurs d'eau ou d'électricité. C'est plus "propre" et plus facile à enlever.



    porte bleue
    autocollants, empègues modernes à Vauvert
     

       
    Les autocollants sont fournis par la mairie aux bandes qui assistent aux réunions de préparation de la fête votive en août. Chaque année, les bandes se baptisent d'un nom nouveau comme Li Ardiente, Les Digentes ou les Morfock. Avant la fête votive, les habitants qui ne veulent pas d'aubade s'inscrivent à la mairie. Les jeunes gens, assurés par la mairie, collent les aubades le soir et passent le matin pour recueillir les dons. L'argent récolté sert à faire la fête et fête veut dire alcool. La tradition est maintenant plus encadrée mais les jeunes gens ne respectent pas toujours les listes, il y a des débordements et des autocollants non souhaités.

         La tradition des aubades et des empègues est très ancienne. On en trouve des traces remontant à 1894 à Beauvoisin, à quelques kilomètres de Vauvert.



    Les empègues de Petite Camargue


     Palagret
    photos prises en été 2009
    licence Creative Common
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

        Un chat perché rôde au-dessus des toits de Paris. Tantôt il semble voler au milieu des antennes grâce à deux petites ailes blanches, tantôt il fait le beau dans un cadre, tantôt il s'accroche à une échelle et ouvre grand les bras pour nous accueillir dans son univers loufoque. Monsieur Chat, très urbain, sourit toujours d'un sourire niais un peu grimaçant.
     
     
     
     
    Monsieur Chat de Thoma Vuille
     
     
     
     
        Monsieur Chat est le motif de prédilection de Thoma Vuille. Inspiré de la bande-dessinée, l'image simplifiée est proche du Chat de Gelück. Forme ronde cernée de noir, couleurs simples, dents blanches, on ne peut le manquer. Ce pochoir amusant tranche sur les motifs de street-art souvent plus agressifs qui ornent les murs de la ville.
     
     
     
     
    Monsieur Chat de Thoma Vuille


     
       Il est surprenant de rencontrer ce chat de gouttière prisonnier derrière une grille. Enfermé dans la vitrine d'une galerie d'art rue de Seine, il sourit bravement en attendant sa délivrance. Il est entouré de fleurs comme une idole et étend les bras pour nous bénir en une parodie d'image christique. Qui l'a abandonné?
     
     
     
     
    Monsieur Chat de Thomas Vuilleen cage
     
     
     
     
     
    Liens sur ce blog:
     
     
     
     
     
    Palagret
    juillet 2009
    street-art
     
     
    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique