• Têtes de mort dans le street-art, II


       Voir début du billet

        Au-delà de l'humour macabre, les têtes de mort des  street-artistes sont parfois une prise de position. Les pochoirs de crânes tricolores peints sur le trottoir sont-ils juste une plaisanterie pour le 14 juillet ou signifient-ils que la République est morte avec ses valeurs de Liberté, Egalité et Fraternité?



    Vanité, crânes bleu, blanc, rouge sur le trottoir
    pochoir, street-art


      

        Le mur des graffeurs de la rue Ordener, dans le 18è,  est en constante évolution. Les graffiti ne restent pas longtemps, ils sont vite recouverts par des oeuvres nouvelles. Sur la photo ci-dessous, la main d'un marionnettiste fait danser un pantin de bois. Son cou s'orne d'un collier d'or et d'une breloque en forme d'euro. Il tient des billets dans sa main et des crânes l'entourent. L'auteur se sert des crânes pour commenter la course à l'argent. Le pantin est esclave du bling-bling mais il ne sait pas qu'il est manipulé.



    Marionnette entourée de crânes
    graffiti, street-art, rue Ordener, Paris

     

      Les papiers collés de Ludo, signés Nature's Revenge illustrent aussi une protestation. La grappe de raisin remplie de crânes est bien un avertissement. Parfois les crânes sont en noir et blanc, parfois ils sont en couleurs et des coulures de peinture rouge simulent le sang d'une nature à l'agonie. Un jour la nature se vengera des substances chimiques qui la stérilisent; les vignes, les jardins et les champs ne donneront plus de fruits. Dans cette vision apocalyptique, la terre ne sera plus qu'un immense charnier!



    Grappe de raisin faite de crânes
    Nature's Revenge, street-art, papier collé


        Le simple dessin d'un visage aux orbites vides, tagué au-dessus d'un éclair électrique sur un panneau de la SNCF n'est qu'une illustration humoristique du texte. L'éclair électrique est un symbole de danger, le crâne un symbole de mort. Le graffeur se moque de l'interdiction et semble dire: oui, oui, on a bien compris!


    Graffiti de tête de mort  et éclairs électriques
    défense absolue de toucher aux fils électriques
    Plaque émaillée "Danger de mort"



      à suivre
     
    Texte et photos: Palagret

     
    « Des murs bien bavards: arrête de souffrir, crevez pas de tristesse, murmurent les stickersStreet-art: Miss.Tic et Mass.Toc, dérision et dégradation »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Novembre 2009 à 12:00
    Mais c'est que l'on persiste... :) Crâniquement votre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :