•  

       Amour, gloire et botox

       Miss.Tic, street-artist historique revisite avec dérision les couvertures de magazines féminins et masculins. Reprenant ses personnages de jeune femme brune élancée et d'homme décontracté appliqués au pochoir dans la rue, elle parodie les unes des mensuels et hebdomadaires avec ses slogans jeu de mot, cette fois-ci dans une galerie.

     

     

    Miss.Tic Unes expo 9Publicité duplicité. Couverture parodiée de Votre Beauté

     

     

    Miss.Tic Unes expo 5Men's Health, Devenez charmeur de serments à sonnettes, Numéro, Biba

     

     

    Miss.Tic Unes expo 7Amour gloire et botox, couverture parodiée de Elle 

     

     

     

    Miss.Tic Unes expo 3Couvertures de madame et l'officiel détournées par Miss.Tic

     

     

     

     

    Miss.Tic Unes expo 2Gagnez un échantillon d'éternité, Une de Votre Beauté vue par Miss.Tic

     

     

     

    Miss.Tic Unes expo 1Numéro, publicité, duplicité, chair à canon de la beauté

    Biba, Madame rêve, Monsieur ronfle, slogans de Miss.Tic

     

     

     

    Miss.Tic Unes expo 6Pochoir de Miss.Tic sur la devanture de la galerie W

     

     

     

    Miss.Tic-Unes-expo-14.jpgGrazia, changez de régime amoureux. Glamour, qu'on nous jette la première paire de Louboutin. Go, Mâles fêteurs quand il faut payer l'addition. Votre beauté, le corps au régime ment.

     

     

     

     

    Miss.Tic  « Les Uns et les Unes »

    du 26 septembre au 20 octobre 2013

    Galerie W, 44 rue Lepic Paris 18è

     

     

     

     

    Lien sur ce blog:

    Street-art: Miss.Tic et Mass.Toc, dérision et dégradation 

     

     

     

     

    Palagret

    street-art

    octobre 2013

     

     

     

     

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       "Dieu vaincra", les premiers mots de ce petit message de la rue, annonce un message religieux, une vibrante profession de foi. La suite, "et mangera des épinards", rend la phrase absurde. Cette inscription murale est l'oeuvre d'un mécréant et non d'un fou de Dieu.  

     

     

    Dieu vaincra message"Dieu vaincra et mangera des épinards", message de la rue

     

     

       A cette affirmation loufoque répond la couverture d'un magazine s'interrogeant: "Y-a-t-il un Dieu?" Une question reprise régulièrement par les hedomadaires quand ils n'ont rien à se mettre sous la dent en été. C'est ce qu'on appelle un marronnier. Sur le E jaune de Dieu, un passant facétieux a écrit un petit oui.

     

     

     

    Dieu affiche Le Point kiosque"Y-a-t-il un Dieu?", affiche couverture du Point en juillet 2012


     

     

     

     

       En janvier 2009, une affiche londonienne se passe du point d'interrogation et déclare: "There is probably no god. Now stop worrying and enjoy your life." Il n'y a probablement pas de Dieu. Alors arrêtez de vous en faire et savourez votre vie. Une campagne publicitaire largement affichée dans le métro et sur les bus de nombreuses villes anglaises. Une campagne financée par les athées en réaction aux messages menaçants de différents cultes qui promettent l'enfer aux incroyants.

     

     

     

    Dieu-existe-pas.jpg"There is probably no god. Now stop worrying and enjoy your life." affiche dans le métro londonien

     

     

     

     

        Pour ceux qui cherche où Dieu habite à Paris, ils peuvent aller dans le vingtième arrondissement de Paris au passage Dieu ou à l'impasse Satan. Mais qu'ils se dépêchent; le quartier est en pleine rénovation et ces petits passages vont peut-être disparaître et laisser la place à des rues aux noms plus prosaïques.

     

     

     

    Dieu plaque de rue passagePassage Dieu, 20è arrondissement, plaque de rue émaillée de Paris

     

     

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    "Believe in the spray can"

    François Jauvion, d'ironiques reliquaires peu orthodoxes

     

     

     

    Palagret
    archéologie du quotidien
     septembre 2013

    cc.gif

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

      Le street-art aime bien les citations vraies ou apocryphes. "Tombons amoureux comme si nos parents n'étaient pas divorcés" attribué à Bob Marley était-elle vraiment une maxime du chanteur jamaïcain? Sans doute pas.

     

     

    message-amoureux-street-art-Bob-Marley.jpgpapier collé à Montmartre

    "Tombons amoureux comme si nos parents n'étaient pas divorcés" signé Bob Marley 

     

     

     

    Message de la rue vu en août 2012 sur une cabine téléphonique.

     

     

     

     

    Palagret

    philosophie de la rue

    septembre 2013

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Kaï Aspire, le street-artist de Los Angeles intervient à Paris. Du côté de Montmartre, il a collé de petits cadres qui détournent les logos des grandes marques en y substituant un slogan corrosif.

     

     

     

    Kaï Aspire Camel Coca-cola street-artLes cigarettes Camel (cancer) et Coca-Cola (corrosive) encadrées par Kaï Aspire

     

     

     

     

        Inquiet de voir son père fumer trop, Kaï Aspire a commencé avec de grandes affiches détournant les cigarettes Marlboro. Copiant le lettrage et les couleurs de la marque tabagique, il remplace "filter cigarette" par "foolish choice" Marleboro par "morons" (crétins) et 20 class A cigarettes par "committing suicide". Une prise de position sans équivoque contre les crimes des cigarettiers.

     

     

     

     

    Kaï Aspire Camel Coca-cola street-art cadres 2Marleboro, Vuitton, coeur et Camel encadrés par Kaï Aspire

     

     

     

     

       Le chameau des cigarettes Camel devient un squelette surmonté du mot Killer (meurtrier) et cancer. En bas est écrit "Be smart, don't chase death" (soyez malin, ne poursuivez pas la mort).

     

     

     

     

    Kaï Aspire Marlboro Vuitton street-artMarleboro (morons) et Vuitton (lost values) encadrés par Kaï Aspire

     

     

     

       "Mes oeuvres préférées ont toujours un message important. Je parle fort parce que la société ne comprend pas encore que le tabac est nocif et tue environ un demi-million de personnes par an. Je veux que chacun y réfléchisse. Si je peux faire qu'une seule personne réalise qu'elle fait du mal à son corps en fumant, ça a beaucoup d'importance pour moi. J'essaie juste que le monde devienne meilleur." 1- 

     

     

     

    Kaï Aspire coeur Camel street-artCoeur sanglant et Camel (cancer) encadrés par Kaï Aspire

     

     

     

     

       Kaï Aspire croit en un street-art militant. En guerre contre l'invasion publicitaire des multinationales du tabac, des sodas ou du luxe, il s'attaque aux cartes de crédit en remplaçant "nom du titulaire" par "victim name", aux téléphones portables, à Chanel qui devient "classic con". Le enjoy de Coca-Cola devient corrosive, une référence au pouvoir décapant du soda, décapant pour les pièces de monnaie mais aussi pour notre estomac.

     

     

     

    Kaï Aspire Camel Coca-cola street-art cadresCigarette Camel (cancer, Coca-Cola (corrosive), Absolute (abysmal) et coeur sanglant encadrés par Kaï Aspire

     

     

     

     

      Sur le logo de Vuitton il écrit "lost values", valeurs perdues". La vodka Absolute devient "Abysmal drink of remorse, toxic" suivi d'un texte moralisateur: Cette mystérieuse potion est connue pour procurer l'impression de vivre pleinement sa vie. Elle a le pouvoir de créer une manière différente de voir les choses en se sentant libre et puissant. On utilise souvent cette potion pour supprimer l'angoisse. Cependant la solitude et le déni sont les effets les plus communs d'une consommation régulière. Enjoy (Appréciez)."

     

     

       Un coeur rouge sur fond blanc semble ne pas se référer à une marque. Il est taché de sang. Comme sur un paquet fragile, le texte dit: Fragile, Please do not drop, crush, break or shake, Handle with care. Ne laissez pas tomber, n'écrasez pas, cassez ou secouez. manié avec précaution.

     

     

     

    Kai--Aspire-stop-worrying.jpg"stop worrying". Panneau de signalisation détournée à Los Angeles par Kaï Aspire

     

     

     

     

       A Los Angeles, Kaï Aspire détourne aussi des panneaux de signalisation en complétant le mot stop par worrying (vous en faire), stop hating (arrêtez de haïr), stop trippin (d'osciller) ou don't stop dreaming (n'arrêtez pas de rêver).

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Mobstr, critique et détournement de panneaux publicitaires, un street-art contestataire

    Brandalism: vandalisme contre la publicité, des affiches détournées

    Zevs, le meurtre de Mickey au Musée en herbe, un logo détourné

     

     

     

     

    Palagret

    street-art contestataire, détournement

    juin 2013

     

     

     

    Sources:

    1- in argot 

    site de Kaï

     

     

     

     

     
    Pin It

    1 commentaire
  •  

       Libre? s'interroge un tagueur sur une fenêtre murée. Un autre lui répond un peu plus loin: escape, échappe-toi, évade toi de la ville. Tantôt écrit escap, tantôt escape, le conseil se répète sur les murs de Paris.

     

     

     

    libre-street-art-Montmartre.jpgLibre?, interrogation taguée sur des parpaings

     

     

     

       Notons que le graffeur qui prône l'évasion s'est sacrifié en restant. Il doit exhorter à fuir les prisonniers de la vie quotidienne.

     

     

     

    escape street-art Montmartre message 6escape, conseil aux passants

     

     

     

    escape street-art Montmartre message Le ChevalierEscap! et papier collé de Fred Le Chevalier

     

     

     

    escape street-art Montmartre message pochoirEscap, tag au-dessus d'un pochoir représentant un couple

     

     

     

    escape street-art Montmartre message panneauEscape !!! tagué sur un panneau de stationnement interdit, stickers

     

     

     

     

    Palagret

    philosophie de la rue

    juin 2013

     

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Un papier collé représente un petit bonhomme portant un bandeau sur les yeux. Bras tendus, un pied en l'air, il avance vers une chute fatale. Le texte en-dessous dit ironiquement "Freedom is just a step away", la liberté est juste à quelques pas.

     

     

     

    Street-art Montmartre bonhomme message 60346Freedom is just a step away, street-art

     

     

     

     

       Le street-artist se moque des philosophies de développement personnel qui affirment que chacun peut réussir sa vie en le voulant. Ici le personnage aveuglé marche vers un abîme matérialisé par le relief du mur.

     

     

     

    street-art Montmartre message go home 8How do I go home now?, street-art

     

     

     

     

       Un autre dessin du même auteur représente un ange tenant son aile détachée dans sa main. Dans un phylactère, l'ange inquiet se demande comment il va rentrer chez lui maintenant qu'il ne peut plus voler.

     

     

     

     

    street-art Montmartre message go homeHow do I go home now?, street-art

     

     

     

       Deux petits dessins stylisés à l'humour dépressif sur un mur parisien.

     

     

     

     

    Palagret

    philosophie de la rue

    juin 2013

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Voici un message absurde trouvé du côté de Montmartre:

     

     

     

    street-art Montmartre message future 1Ca fait 3 heures que j'attends le futur, papier découpé collé

     

     

     

    street-art Montmartre message future 2Ca fait 3 heures que j'attends le futur, papier découpé collé

    Boîte à lettres jaune taguée à Paris

     

     

     

    Palagret

    Philosophie de la rue

    mai 2013

     

     

     

     
    Pin It

    1 commentaire
  •  

        Fred Le Chevalier continue ses collages, de plus en plus grands. Voici une fresque vue au croisement de la rue Oberkampf et de l'avenue Jean Aicard à Paris. Les collages se situent sous un mur peint d'Hervé Télémaque.

     

     

    street-art Le Chevalier fresque 3Papier collé découpé de Fred Le Chevalier, street-art quartier Oberkampf

     

     

     

          Des visages arbres dessinés en noir et blanc et un couple aux lèvres rouges.

     

     

     

    street-art Le Chevallier fresque 6Fresque de papiers collés découpés de Fred Le Chevalier

    au-dessus un mur peint d'Hervé Télémaque

    street-art quartier Oberkampf

     

     

     

    street-art Le Chevalier fresque 1Papiers collés découpés de Fred Le Chevalier, street-art quartier Oberkampf

     

     

     

    street-art Le Chevalier fresque 2"j'irai vers, le reste est indécence", papier collé découpé de Fred Le Chevalier, street-art quartier Oberkampf

     

     

     

     

     

     

    Papiers collés découpés sur ce blog:

    Fred le Chevalier, dessins voyageurs et métamorphoses

    Fred Le Chevalier voit grand, ses papiers collés colonisent le marais

    Tristan des Limbes, des collages dépressifs, street-art

    Street-art: THTF, papiers collés grand format

     

     

     

    Palagret

    street-art

    avril 2013

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

       RERO en résidence à Beaubourg pour Ex Situ. Voir l'article ici.

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg amorAmor, lettres barrées de RERO, ex situ au studio 13/16


     

     

        Le samedi 13 avril 2013, avec des caractères verdana barrés préparés par RERO, les participants composent des mots sur le thème de la fin et les collent au murs du studio 13/16.

     

     

     

     


    Rero, ex situ à Beaubourg, lettres barrées par Palagret

     

     

     

     

    Ex Situ

    L’art urbain prend ses quartiers au studio 13 /16

    13 avril - 16 juin 2013

    Rero, du 13 au 21 avril, studio 13/16, niveau -1

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg dédicaceRERO signe une lettre verdana barré

     

     

     

    Centre Pompidou, Paris

     

    Ouvert de 14h à 18h les mercredis, samedis et dimanches

    tous les jours pendant les vacances scolaires, sauf le mardi

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg doneDONE, ex situ, atelier de RERO

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    RERO, ex situ à Beaubourg, lettres barrées

    Rero à la galerie Backslash: vide de sens ou error 404?

    Les ironiques affiches sauvages de Rero, le client suivant

    Mark Jenkins, street-art, un théâtre urbain à l'humour surréaliste

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg coinmots sur le thème de la fin, lettres barrées de RERO, ex situ au studio 13/16


     

     

    Image négation, site de Rero

     

     

     

     

    Palagret

    happening et street-art

    avril 2013


     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Rero ex situ Beaubourg verdana? !, ex situ à Beaubourg, atelier de RERO

     

     

        Do not cross the line, ne franchissez pas la ligne, est inscrit sur l'escalator de Beaubourg. Aujourd'hui RERO et six autres artistes de rue franchissent la ligne qui sépare l'art de la rue du musée. RERO inscrit ironiquement cet avertissement sur la chenille du musée en caractères verdana barré, sa marque de fabrique; la barre met en doute l'affirmation. La phrase ambigüe se voient de loin. 

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg do not cross 2Do not cross the line, intervention de RERO sur l'escalator de Beaubourg

     

     

     

     

       A l'intérieur du centre Pompidou au studio 13/16, RERO inaugure une résidence d'artiste dédiée à l'art urbain. Sur le thème de la fin, les participants sont invités à composer des phrases à partir des lettres fournies par l'artiste puis à les coller sur les murs du studio. Ce n'est pas si facile. Le papier se gondole, la brosse dérape et la colle coule sur la main mais peu à peu les phrases se recouvrent, se répondent et se contredisent, en français et en anglais.

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg projetRERO, ex situ, lettres barrées

     

     

     

     

        Le studio 13/16 est réservé aux adolescents mais en ce jour de vernissage il y avait autant d'adultes que de jeunes à jouer avec les lettres pré-découpées. Au plafond, un appareil photo prenait un cliché régulièrement pour garder la trace de cette joyeuse effervescence.  Chaque jour RERO choisira un thème différent (cliché, WYSIWYG etc ... ). Voir la video de la performance ici 

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg the endProposition de RERO sur le thème de The end (la fin)

     

     

     

     

     

    Dossier de presse:

    À mi-chemin entre art urbain et art conceptuel, le plasticien RERO interroge notre société, et plus particulièrement le statut de l’image et les codes de la propriété intellectuelle à travers un acronyme qui apparaît régulièrement dans ses œuvres : WYSIWYG (What You See Is What You Get). Détournement et autocensure (il barre lui-même d’un trait épais ses propres slogans) sont les maîtres mots de ses recherches sur la négation de l’image.

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg finishFINISH, lettres barrées de RERO

     

     

     

     

        Travaillant en extérieur depuis de nombreuses années, Rero investit depuis 2009 l’espace clos du musée ou de la galerie pour en repousser les limites et recréer un lieu privilégié d’interaction avec les autres.

     

     

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg bladeBLADE, lettres barrées de RERO

     

     

     

     

    Le Studio 13 /16 du Centre Pompidou, premier espace dédié aux adolescents dans une grande institution culturelle, présente Ex Situ, une nouvelle programmation consacrée à l’art urbain.

    Le terme « Ex situ » désigne une technique de conservation « hors site » c’est-à-dire hors du milieu naturel. Ex situ explore les modes de présentation de l’art urbain hors de son milieu naturel qu’est la rue. Il se développe donc autour de plusieurs axes : respecter les fondamentaux et les codes de l’art urbain, réaliser des créations in situ, entreprendre une réflexion et des interventions en lien avec un espace donné et se confronter au côté éphémère de cet art.

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg coinLes murs du studio 13/16 après une après-midi de happening, lettres barrées de RERO

     

     

     

     

    Pour Ex situ, le Studio 13 /16 s’anime au fil des résidences des artistes : RERO, YZ, Ludo, JonOne, OX, Mark Jenkins et Vhils. Sous forme de performances collectives, ils invitent les adolescents à partager leurs processus créatifs et les différentes techniques de l’art urbain en prenant pour support l’espace lui-même : mur, cimaise, sol... au Studio, dans le Forum du Centre Pompidou et sur la Piazza. Ces workshops abordent les différents aspects de l’art urbain : travail in situ, exécution directe devant le public, adaptation au lieu donné, production éphémère...

     

     


    Rero ex situ Beaubourg nomots collés, lettres barrées de RERO

     

     

     

     

    Les évènements d'Ex Situ,  les éphémères:

    Avant chaque résidence, les artistes réalisent des installations à l’intérieur ou à l’extérieur du Centre Pompidou qui mettent en avant l’aspect éphémère de l’art urbain. Grâce à l’architecture du bâtiment qui sera ainsi redécouverte, ces « éphémères » créent une ouverture sur la ville, et rendent visible l’expérience qui se déroule à l’intérieur.

    Afin de laisser une trace artistique de l’expérience et des créations réalisées dans le cadre d’Ex situ, chaque cycle donnera lieu à la réalisation d’une courte vidéo. Au total, sept films seront réalisés puis diffusés, sur le site internet du Centre Pompidou et le Facebook du Studio 13/16.

     

     

     

     

    Rero ex situ Beaubourg vdmmots collés, lettres barrées de RERO

     

     

     

     

     

    Le kiosque tour

     Ex situ dépasse les murs du Centre Pompidou, le samedi 1er juin, pour investir des kiosques à journaux inexploités de la ville de Paris. Ainsi, sept kiosques à journaux seront rhabillés, repeints ou remodelés, par sept artistes et sept groupes d’adolescents franciliens, donnant lieu à un parcours original d’art urbain au cœur de la capitale. Parisiens, riverains, touristes ou amateurs d’art urbain auront donc l’opportunité d’assister à la création en direct du revêtement des kiosques, de rencontrer des street-artistes de renom, et de dialoguer avec les jeunes auteurs des installations.

    Rendez-vous dans la rue, le samedi 1er juin, pour un après-midi « arty » à Paris !

    • 122, boulevard Rochechouart, Paris 9e

    • 13, boulevard Haussmann, Paris 9e

    • 32, bis boulevard Haussmann, Paris 9e

    • 75, rue Saint-Lazare, Paris 9e

    • 90, avenue Ledru-Rollin, Paris 11e

    • 139, avenue Daumesnil, Paris 12e • 20, rue de Lyon, Paris 12e

     

     

     

    EX SITU

    L’ART URBAIN PREND SES QUARTIERS AU STUDIO 13 /16

    13 AVRIL - 16 JUIN 2013

    studio 13/16, niveau -1, Centre Pompidou, Paris

     

    Ouvert de 14h à 18h les mercredis, samedis et dimanches

     tous les jours pendant les vacances scolaires, sauf le mardi

     

     

     

    Rero, du 13 au 21 avril

    YZ, du 24 au 29 avril

    Ludo, du 2 au 6 mai

    JonOne du 8 au 15 mai

    0X, du 18 au 26 mai

    Vhils du 29 mai au 5 juin

    Mark Jenkins du 8 au 16 juin

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Rero à la galerie Backslash: vide de sens ou error 404?

    Les ironiques affiches sauvages de Rero

    Mark Jenkins, street-art, un théâtre urbain à l'humour surréaliste

    Rero, video d'ex situ à Beaubourg, lettres barrées

    RERO, ex situ, autres thèmes

     

     

    Image negation, site de Rero

     

     

    Palagret

    happening et street-art

    avril 2013

     

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique