•  

              Les street-artists apprécient les lieux abandonnés pour s'exprimer: usines, entrepôts, bâtiments. Ici aux Bains, ancienne discothèque Les Bains-Douches depuis longtemps fermée, le vandalisme urbain est organisé, encadré par la galériste Magda Danysz. Comme à la douane de Pantin ou dans l'escalier du Palais de Tokyo, les artistes de rue sélectionnés sont invités à investir des mètres carrés de murs nus délabrés. Avant la démolition inéluctable de l'immeuble, ils disposent aux Bains de six étages et de cours intérieurs à recouvrir de fresques et de tags. 


     

    Bains Skki irrationnel"Domaine du fortuit et de l'irrationnel", tag de SKKI, exposition interdite au public, Les Bains

     

     

     

     

       L’Atlas, Cédric Bernadotte, C215, Jay, Lek, Jérôme Mesnager, Nasty, Parole, Popay, Psykoze, Sambre, Sowat, Space Invader, SKKI, STEN LEX, Tanc, Teurk, VHILS, YZ,  munis de leur spraycan, de leurs brosses et de leur outils plus lourds (la marteau-piqueur pour Vhils) sont à l'oeuvre dans les entrailles des Bains, dépouillées de tout mobilier et ou éléments de décoration.

     

     

     

     

    Bains C215Pochoir de C215, exposition interdite au public, Les Bains

     

     

     

     

     Les oeuvres exécutées aux Bains ne sont visibles que sur le net, sur une plateforme d’exposition éphémère qui disparaîtra le 30 Avril ainsi que les œuvres. Pour des raisons de sécurité mais surtout par élitisme, une valeur absente du street-art, seuls quelques happy few pourront voir le travail en vrai. Tous ces artistes de rue ont acquis une certaine notoriété et exposent maintenant en galerie.

     

     

     

     

    Bains InvaderMosaïque sous l'horloge, Invader, Les Bains

     

     

     

     

     

        Le projet a commencé dans le secret en décembre. Mais après des reportages à la télé, des articles de journaux et un site internet, le projet est révèlé. Pour l'instant, le site ne propose que quelques photos et biographies des artistes. Pas vraiment une "formule interactive à 360° degrés" comme annoncée. Patience.

     

     

     

     

    Bains Vhils marteau-piqueurPortrait creusé de Vhils, Les Bains, exposition interdite au public

     

     

     

     

          Que restera-t-il de cette intervention intra-muros organisée sur ces surfaces "sans aucune valeur artistique"? Des photos, un livre, peut-être un documentaire et des articles épars sur la toile. Peu à peu, les street-artists reconnus quittent la rue et deviennent des artistes contemporains comme les autres. Ils jouent encore avec l'éphémère mais l'éphémère devient un élément marketing qui fait monter leur cote.

     

     

     

     

    Bains FuturaFutura, Les Bains, exposition interdite au public

     

     

     

     

       A l'origine bains publics, Les Bains Guerbois ferment en 1978 laissant la place à une boîte de concerts rock puis à une discothèque devenue mythique. Dans un décor de Philippe Starck, les personnalités de la musique, de la mode et des arts s'y croisent ... ou y font de simples apparitions. En 2010, les Bains sont fermés par la Préfecture de Paris; l'immeuble se fissurait. En 2014, un hôtel sera construit sur le terrain dégagé.

     

     

     

    Voir le Site Les bains

     

     

     

     

    Bains Skki valeur artistique"Surface sans aucune valeur artistique, SKKI, Les Bains, exposition interdite au public

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Street-art, art éphémère: le portrait creusé de Vhils a été détruit rue Pajol

    Game over, Space Invaders à Belleville

    C215, pochoirs sur les armoires électriques le long de la Seine

    Jungle urbaine: Mesnager, Mosko et les poubelles sauvages

    Art of Popov, Da Cruz, Marko, fresque monumentale de street-art à Pantin

     

     

     

     

    Palagret

    street-art autorisé

    mars 2013

     

     

    Source:

    Photos sur le site des Bains

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Dark Vador porte un casque arc-en-ciel et devient Pink Vador; il déclare: "je suis ta tante."

     

     

    Pink Vador street-art 5Pink Vador: "Je suis ta tante", street-art militant

     

     

     

    Pink Vador street-art 2Pink Vador: "Je suis ta tante", street-art militant

     

     

     

    street-art militant Madame Moustache Pink VadorPink Vador: "Je suis ta tante", Madame Moustache, street-art militant

    affiche pour la manifestation pour l'égalité le 27 janvier à Paris

     

     

     

     

    Le street-art militant sur ce blog:

    Le mariage pour tous, affiches et street-art militants

    Le sida et l'élection présidentielle: les affiches d'AIDES interpellent les candidats

    Présidentielles: Jean-Luc Mélanchon et le street-art

    Sarkozy SarkObama: "yes we can", affiche détournée de celle d'Obama

    Moi aussi un jour je serai Barack Obama, le plus difficile n'étant pas de ... tract féministe

     

     

     

     

    Palagret

    street-art militant

    février 2013

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

      Vhils a sculpté un portrait dans un vieux mur de la Zac Pajol. Il a aujourd'hui disparu. Le mur noirci a été abattu laissant voir une zone de travaux. Ce portrait a-t-il été simplement détruit par les ouvriers chargés des travaux, récupéré par la galerie de l'artiste ou par un amateur? Les œuvres de Vhils ont une valeur marchande pour les collectionneurs de street-art.

     

     

    VHILS visage street-art rue Pajol 8portrait sculpté par Vhils, zac Pajol

     

     

        Selon la galerie Magda Danysz, le portrait a simplement été détruit comme Vhils l'avait prévu dès le début. La vrai nature du street-art est d'être éphémère.

     

      

    VHILS visage street-art rue Pajol disparuZac Pajol, le portrait sculpté par Vhils n'est plus là

     

     

        Sur le mur beige adjacent, les deux plaques commémoratives à la mémoire des victimes de l'armée allemande ont disparu aussi. Une affiche nous informe que les plaques seront réinstallées à la fin des travaux. 

     

     

    VHILS visage street-art rue Pajol 3portrait sculpté par Vhils, zac Pajol

     

     

        Les plaques commémoratives sont là pour nous rappeler ceux qui sont morts pendant l'occupation allemande. Il y en a beaucoup à Paris, rappel des résistants et des combats de la Libération. Mais qui regarde encore ces plaques souvenirs? L'éphémère capte notre regard - une gravure de Vhils, un papier collé, un tag, une affiche - et la mémoire se dissout.

     

     

    plaque-comme-morative-rue-Pajol.jpgPlaque commémorative rue Pajol

     
     
     
     
     
     
    Liens sur ce blog:
     
     
     
     
     
    VHILS visage street-art rue Pajol 7Portrait creusé, Vhils à Paris rue Pajol
     
     
     
     
     
     
     
    Palagret
    Le vieux Paris 
    janvier 2013
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

      PoDaMa, un collectif de street-artist ( Art of Popov, Da Cruz, Marko) a couvert de fresques le mur entourant un jardin partagé provisoire, rue de l'Oise. Les artistes de rue ne croient pas un instant à l'apocalypse du 21 décembre 2012. Le calendrier maya, mal interprété par de nombreux illuminés, n'annonce pas la fin des temps mais le début d'une nouvelle ère et c'est ce qu'ils illustrent en vives couleurs.

     

     

    Ourcq Da Cruz Popov Marko 2013 street-art 2L'année 2012 se termine, street-art d'Art of Popov, Da Cruz et Marko

     

     

        Art of Popov, Da Cruz et Marko s'amusent eux aussi à faire une prédiction pleine de bon sens. 2013 succédera à 2012, évidemment.

     

     

    Ourcq Da Cruz Popov Marko 2013 street-art 4Un masque primitif 

    street-art d'Art of Popov, Da Cruz et Marko

     

     

       La fresque de PoDaMa mêle plusieurs styles, les masques barbares de Da Cruz inspirés de l'art pré-colombien, les portraits réalistes d'Art of Popov et les chiffres écrits en une typographie animale plutôt menaçante.

     

     

    Ourcq Da Cruz Popov Marko 2013 street-art 52013, l'année de la libération?, street-art d'Art of Popov, Da Cruz et Marko

     

     

       En 2013, nouvelle ère, les femmes brisent leurs chaines et les mayas continuent à cultiver le maïs. Un monstre maya regarde vers l'avenir. La fin des temps n'a pas eu lieu.

     

     

    Ourcq Da Cruz Popov Marko 2013 street-art 82013, une nouvelle ère

    fresque didactique d'Art of Popov, Da Cruz et Marko

     

     

        Vous les crédules qui croyez vraiment à la fin du monde, réglez vos montres, ce serait ballot d'être en retard et de rater le feu d'artifice eschatologique!

     

        Quant aux incrédules, ils pourront écrire dans leur agenda: "rien" le 21 décembre 2012. Comme Louis XVI écrivit "rien" le jour de la prise de la Bastille en 1789. Car si la fin n'est pas proche, des changements sont à l'œuvre que nous n'anticipons peut-être pas.

     

      

    Ourcq Da Cruz Popov Marko 2013 street-art 7Fresque au bord du canal de l'Ourcq

    street-art d'Art of Popov, Da Cruz et Marko

     

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

     

    Art of Popov, Da Cruz, Marko et les autres couvrent de tags un bâtiment abandonné à Pantin, texte et photos

    Da Cruz, une sirène au bord du canal de l'Ourcq, avant démolition

    La fresque murale de l'usine CPCU, pochoirs et tags

    Bugarach, la fin du monde selon Huang Yong Ping

     

     

     

     

     

    Palagret

    fresque prémonitoire

    décembre 2012

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       

    Non sans humour, une modeste affiche nous informe: "street-art autorisé de 11h à 19h".

     

     

    street-art-autorise--Beaubourg.jpg"street-art autorisé de 11h à 19h", affichette sur un mur du Marais

     

     

    street-art-autorise--Beaubourg-9.jpg"street-art autorisé de 11h à 19h", affichette sur un mur du Marais

     

     

     

    Palagret

    street-art

    décembre 2012

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

         Quoi de mieux qu'une belle affiche monochrome vide de toute réclame. En cette période de Noël où les publicitaires rivalisent d'agressivité pour nous faire acheter tout et n'importe quoi, il reste de nombreux emplacements vides, plage de repos visuel bienvenu.

     

     

    regarde ciel tag affiche verte vide Bir-Hakem 8"regarde le ciel", tag sur une affiche verte vide de publicité dans le métro

     

     

        Quant un tagueur passe par là, il ne peut résister au plaisir de laisser sa marque. Ici, le scripteur nous dit "regarde le ciel", un message poétique repéré sur les murs de Paris depuis plus d'un an. Du quai de métro Bir-Hakem, on ne voit pas beaucoup le ciel mais l'intention est bonne. Les passants voient le message et certains photographient l'injonction avec leur smartphone.


     

    regarde ciel tag affiche verte vide Bir-Hakem 0"regarde le ciel", tag sur une affiche verte vide de publicité dans le métro

    L'un prend une photo et l'autre lit ses messages, omniprésence du smartphone

     

       La popularité du street-art est liée à la multiplication des téléphones-appareils photo et des réseaux sociaux. Le moindre tag, pour peu qu'il joue une petite musique différente, ne reste pas longtemps inconnu et son image se démultiplie sur la toile.


     

    regarde le ciel tag street-art passage piétonBaissez le nez puis levez la tête, "regarde le ciel", pochoir sur un passage piéton dans le Marais

     


     

    regarde le ciel tag street-art 2"regarde le ciel", papier collé sous une silhouette phallique

     

     

    regarde le ciel tag street-art Beaubourg"regarde le ciel", tag sur un mur près de Beaubourg

     

     

    regarde le ciel tag street-art Oberkampf"regarde le ciel", papier collé

     

     

    regarde le ciel tag street-art multiplicar"regarde le ciel", tag vert sur un mur et multiplicar bleue

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Street-art, des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent-ils

    C'est le printemps, les affiches vertes vides de publicité refleurissent dans le métro

     

     

     

    autres images sur tumblr

     

     

     

    Palagret

    philosophie de la rue

    décembre 2012

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •    

       Les caméras de surveillance se multiplient dans les villes. Des pochoirs protestataires fleurissent ici et là.

     

     

    pochoir longue vue 6"l'état nous surveille, crevons lui les yeux", pochoir protestataire sur le bitume

     

     

     

        Le dessin montre un poteau et deux caméras de surveillance. En-dessous un marteau, un lance-pierre, un dé ou une caisse (?) et une bombe aérosol. On comprend bien l'utilisation des outils de destruction pour aveugler l'oeil électronique mais le dé ou la caisse? 

     

     

     

    street-art surveillance crevons yeux 7"l'état nous surveille, crevons lui les yeux", pochoir protestataire sur le bitume

     

     

       

       Un peu plus loin, collée sur un mur, une affichette reprend le même dessin. Le papier a été lacéré par un adepte de la surveillance électronique ... ou par un passant désoeuvré. Notons que les caméras de surveillance sont installées, pour la plupart, par les municipalités et non par l'état.

     

     

       N'oublions pas que le devin aveugle Tirésias est un voyant et qu'Oedipe, une fois les yeux crevés, voit plus clairement son effroyable destin. Aveugler les caméras de surveillance rendra-t-elle la surveillance plus efficace?

     

     

     

    watching-you-Sarkozy-street-art-politique.jpgSmall brother is watching au-dessus de l'image de Sarkozy

     

     

     

       Et voici un pochoir collecté avant l'élection présidentielle de mai 2012: "Small brother is watching you", ironique reprise du "Big brother is watching you" d'Orwell. Sur ce dessin, Nicolas Sarkozy le président en sursis est rapetissé, les jambes atrophiées comme Toulouse-Lautrec.

     

     

     

    Mobstr-watching.jpg"Who is watching?", pochoir londonien de Mobstr

     

     

       

        Quant au street-artist Mobstr, il s'interroge. A Londres, sous une caméra de surveillance (CCTV) il écrit: "Who is watching?". C'est bien la question.

     

     

     

     

    Liens sur ce blog:

    Mobstr, critique et détournement de panneaux publicitaires, un street-art contestataire

    Décharge sauvage et caméras de surveillance CCTV à Londres

    Les murs ont des oreilles ... en relief, street-art

     

     

     

     

    Palagret

    video-surveillance

    novembre 2012

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

       Pochoir sibyllin trouvé sur un mur du côté de la Butte aux Cailles lors d'une exploration urbaine cet été:

     

     

    On n'est pas là our être icion n'est pas là pour être ici, street-art philosophique

     

     

       En fait, cette phrase qui ne veut rien dire est le titre d'un livre de Serge Simon: On n'est pas là pour être ici, dictionnaire absurde du rugby. C'est aussi le titre d'un festival et d'une association. C'est juste du marketing, pas très intéressant.

     

     

    On n'est pas là our être ici 0on n'est pas là pour être ici, street-art philosophique

     

     

       A gauche du pochoir, un papier collé, le visage d'un homme (Jimmy Hendrix ?) encadré d'ailes. A droite trois pochoirs d'art cinétique. Au-dessus un cône orange et blanc qui n'est pas vraiment à sa place.

     

     

    Dans-quel-monde-Vuitton--graffiti.jpgDans quel monde Vuitton, graffiti protestataire

     

     

      Pour conclure, un graffiti à la craie: "dans quel monde Vuitton", jeu de mot avec la puissance commerciale de Vuitton. Hélas, encore hélas, ce slogan est lui aussi récupéré, on le trouve sur des T-shirts.

     

     

     

    Palagret

    novembre 2012

    philosophie de la rue

    Photos en Creative Commons

     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  • Pin It

    votre commentaire
  •  

             Un homme recouvert de bandelettes de papier journal est assis dans la rue:il lit son journal. Ironique écho à l'homme invisible, il ne passe pas inaperçu. Mark Jenkins subvertit le paysage urbain avec des mannequins mêlés à la foule dans des situations bizarres et hilarantes. Il crée un éphémère théâtre de rue fantastique qui surprend les passants. 

     

    Mark Jenkins homme papier SéoulLe lecteur, mannequin d'homme entouré de papier journal

    installation de Mark Jenkins à Séoul

     

        A mi-chemin entre sculpture, happening et street-art, ses installations fragiles s'opposent à la statuaire officielle, mémorielle, évoquant le passé des grands hommes. Permanentes, les statues civiques se fondent dans le paysage urbain et ne provoquent plus de réaction au contraire du street-art.

     

     

    Mark Jenkins homme poubelle RomeLes hommes poubelles, mannequins d'homme recouverts d'ordures

    installation de Mark Jenkins à Rome

     

     

        "Aujourd'hui seules les affiches publicitaires et les enseignes commerciales changent. C'est pourquoi la nature éphémère du street-art est si essentielle. Il crée un battement de coeur visuel dans la ville pour ceux qui y vivent et ne cherche pas à nous vendre quelque chose. Mais que fait la Ville avec ces travaux? Elle les enlève aussi vite que possible et menace les artistes de rue de les mettre en prison." 1

     

     

    Mark Jenkins endormie SalemCorps allongé sur un panneau publicitaire abandonné, installation de Mark Jenkins à Salem


     

          Bébés en baudruche translucide intégrés au mobilier urbain, bouquet de détritus à deux jambes, personnage mis au coin ou la tête enfoncée dans le mur, tapis rouge conduisant à une bouche d'égout, voiture d'infirme attaché à un poteau comme une moto, toast sortant d'une grille d'aération, toutes ces sculptures éphémères renouvellent le paysage urbain et le street-art.

     

           Mark Jenkins noyé MalmöNoyé et ballons, bon anniversaire, installation de Mark Jenkins à Malmö

     

     

     

       Le street-artist américain Mark Jenkins a étudié la musique, saxophone et rap électronique. Il a obtenu un diplôme en géologie et ne s'est intéressé à la sculpture que plus tard en voyant l'exposition de Juan Muñoz au Hirshhorn Museum de Washington en 2001.

     

     

     

    Mark Jenkins toast RomeToasts sortant d'une grille d'égout, installation de Mark Jenkins à Rome

     

     

     

        Les premières interventions de Mark Jenkins en 2003 sont des moulages avec du ruban adhésif transparent. Des corps d'homme (tape men), des poupées de bébés (storker project) ou des animaux qu'il dissémine dans le chaos urbain. 

     

     

    Mark Jenkins chiens BaltimoreMoulages transparents de chien dans une décharge, installation de Mark Jenkins à Baltimore 

     

        En dehors des villes, Mark Jenkins intervient aussi sur les plages ou dans les bois.

     

     

     

    Palagret

    street-art

    septembre 2012

     

     

     

    Toutes les photos sur le site de Mark Jenkins

    Oeuvres de Juan Muñoz

    Comment fabriquer une tape sculpture

     

     

     

     

     

    Source:

    Itw de Mark Jenkins

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique